Pétrole : quels sont les défis technologiques ?

Partager
mar 05 Juillet 2016

Face à la demande toujours croissante de pétrole brut, de nombreux défis technologiques devront être relevés dans les années à venir pour réussir la transition énergétique et repousser l'avènement du pic pétrolier. Zoom sur tous ces grands défis technologiques avec Fioulmarket.

Développer l’imagerie sismique et la modélisation de bassin

Grâce aux progrès de la géophysique et du traitement informatique, la sismique 3D - qui donne une vision du sous-sol en trois dimensions – est en perpétuelle évolution. En fournissant des images toujours plus précises sur les structures du sous-sol, le taux de succès des forages d'exploration ne cessera d’augmenter, en particulier dans les zones géologiquement complexes comme le piémont des chaînes de montagnes ou sous les épaisses couches de sel au fond des océans (deep offshore).
La modélisation de bassin consiste à reconstruire l’histoire géologique d’un bassin et de ses systèmes pétroliers afin de prédire la qualité et la nature de ses hydrocarbures. À l’instar de l’imagerie sismique, il faudra donc continuer à développer cette technologie pour réduire les risques et ainsi diminuer les coûts d'exploration.

Améliorer la récupération du pétrole dans les gisements connus

Pour produire davantage de pétrole dans les gisements existants, on injecte de l'eau, de la vapeur ou du CO2. Cette méthode a été testée par exemple sur le champ de Duri, en Indonésie, et elle a permis de faire passer le taux de récupération de 7,5 % à son démarrage à 16 % avec de l’injection d’eau, et à 55 % avec de l’injection de vapeur.

Produire plus d’hydrocarbures à « haut contenu technologique »

Afin d’augmenter les possibilités d’extraction de pétrole, il faudra également être capable de produire des hydrocarbures dans des conditions de plus en plus complexes. Et seules les innovations technologiques rendront accessibles ces hydrocarbures à « haut contenu technologique ». Cela concerne notamment les pétroles situés en offshore ultra-profond (plus de 2 500 mètres de profondeur d’eau), les bruts extra-lourds (non transportable par pipeline) ou encore les hydrocarbures situés dans des réservoirs très enfouis (à 6 000 mètres de profondeur et plus). Réduire les coûts de production, de traitement et de transport de ces pétroles dits « à haut contenu technologique » est donc une nécessité afin de les rendre économiquement exploitables.

Protéger l'environnement

Les chercheurs ont le souci constant de développer des technologies respectant les réglementations environnementales indispensables à la transition énergétique. Ainsi, tout nouveau produit ou additif développé en laboratoire fait l'objet d'une série de tests pour s'assurer qu'il n'est pas toxique, qu'il est biodégradable et que son empreinte environnementale soit la plus faible possible. Des tests qu’il va falloir approfondir de plus en plus pour passer à une consommation plus raisonnée, sobre et écologique.
Le saviez-vous ?
52 ans, c’est le nombre d’années de production que les réserves de pétrole prouvées pourraient satisfaire au rythme actuel.

 

Pour aller plus loin :

Pétrole : où en sont les réserves ? Comment les renouveler ?

Le parcours du pétrole du puits à la pompe

Chute des prix du pétrole : 120 000 emplois supprimés au Royaume-Uni

Partager