Chaudière basse température : des normes qui impactent les aides financières disponibles

La principale différence entre une chaudière basse température et une chaudière dite « normale » est la température de chauffe du liquide caloporteur : pour la première, la température atteindra 50°C, pour la seconde 90°C, sans qu’aucune différence de confort ne soit ressentie. Afin que la chaudière basse température fonctionne de façon optimale et que vous puissiez être éligibles aux aides financières proposées, certaines normes sont exigées.

Normes chaudière fioul basse température

Quelles sont les normes des chaudières basse température

Les normes des chaudières basse température relèvent de la directive européenne Directive 90/360/CEE visant à garantir à l’utilisateur sécurité, performance et qualité.

Elle prévoit notamment des normes :

  • relatives à sa fiche signalétique

La chaudière basse température doit être accompagnée lors de sa mise sur le marché d’un document stipulant son origine, sa date de production, les consignes d’utilisation et de sécurité, et tout autre renseignement informatif sur le produit.

  • relatives à son bon fonctionnement, en toute sécurité

Lors de son fonctionnement la chaudière ne doit pas produire de condensation qui s’avèrerait source d’insécurité pour l’utilisateur. De même le taux de fuite de gaz ne doit entraîner aucun risque.

Afin de répondre aux normes en vigueur, l’installation et l’entretien d’une chaudière basse température doivent être effectués par un professionnel qualifié qui va notamment vérifier et nettoyer le corps de chauffe, les conduits d’évacuation et tous les éléments de sécurité listés dans la NF X50-011.

Des normes nécessaires pour obtenir des aides

Le respect de ces normes et l’homologation de l’installation par un professionnel vous permettent, sous certaines conditions d’éligibilité, de prétendre à des aides financières octroyées dans le cadre de la rénovation énergétique.

L’éco-prêt à taux zéro

Il est accordé par certains établissements bancaires dans le cadre d’un bouquet de travaux (minimum deux) visant à réduire votre consommation énergétique. Ce prêt est plafonné à 20 000 euros et remboursable sur 10 ans maximum pour un bouquet de 2 travaux. Le plafond passe à 30 000 euros remboursables sur 15 ans pour un bouquet de 3 travaux.

La TVA à taux réduit

Si votre logement est construit depuis plus de 2 ans, vous pouvez bénéficier depuis le 1er janvier 2014 d’une TVA à 5,5 % qui s’applique tant sur le prix de la chaudière que sur le coût de la main d’œuvre.

Les aides de l’Anah et des collectivités locales

Dans le cadre de la rénovation énergétique et sous conditions de ressources, l’Agence nationale pour l’habitat, octroie des aides financières. Les collectivités locales, peuvent également soutenir les travaux visant à économiser de l’énergie. Renseignez-vous auprès des organismes compétents afin de déterminer si vous êtes éligibles.

La Directive européenne Ecoconception qui acte pour la disparation du marché des appareils de chauffage à fort impact environnemental, entrera en vigueur en Septembre 2015. Nous pouvons nous demander ce qu’il adviendra de certains modèles de chaudière à basse température. 

Pour aller plus loin :