Allumer une chaudière au fioul : les précautions à prendre

L’été est terminé. Les températures redescendent. Il va bientôt falloir allumer la chaudière au fioul. Mais avant, il faut s’assurer que l’équipement est prêt pour la nouvelle saison de froid qui approche. Fioulmarket.fr donne les trois grandes étapes à respecter pour une mise en route de la chaudière au fioul, en toute sécurité.

Allumer sa chaudière en toute sécurité

Étape n° 1 : l’entretien d’une chaudière au fioul

Avant la remise en route de la chaudière au fioul, il est nécessaire de vérifier l’état général de l’équipement. L’entretien d’une chaudière au fioul est obligatoire une fois par an et doit être effectué par un plombier-chauffagiste spécialisé dans les installations au fioul. À réaliser de préférence au printemps ou en été, l’entretien permet de préparer la chaudière pour les mois les plus froids de l’année et d’écarter tout risque de panne et de danger sanitaire.

Lors de l’entretien, le chauffagiste contrôle plusieurs points importants et assure :

  • Le bon fonctionnement et/ou le nettoyage du système de sécurité, du circulateur de chauffage, du brûleur, du foyer, des filtres et du conduit ;
  • La mise à jour des réglages pour un meilleur rendement et une consommation optimisée ;
  • La mesure des émissions polluantes (taux de CO2 et d’O2 dans les fumées) ;
  • Le remplacement des pièces éventuellement défectueuses.

 

Étape n° 2 : l’état de la cuve à fioul

Une fois le bon fonctionnement de la chaudière garanti, il ne faut pas oublier de contrôler l’état de la cuve. Le premier point à vérifier est le niveau de fioul. La jauge à fioul permet d’obtenir une première estimation de la quantité de combustible restant dans la cuve. Si le témoin rouge du brûleur s’allume, cela signifie que le niveau est trop bas. Allumer une chaudière au fioul avec un niveau de combustible insuffisant est déconseillé car cela peut endommager la pompe et encrasser les filtres et le brûleur de la chaudière. Pour éviter cela, il faudra se réapprovisionner en fioul.

 

 

Avant de remettre la chaudière en route, c’est le moment idéal pour examiner l’état général de la cuve, si cette dernière le permet. Si la plupart des cuves sont garanties en moyenne 10 ans et ont une durée de vie bien supérieure. Avec le temps, certains modèles peuvent être sujets à l’usure et à la corrosion. Si c’est le cas, un professionnel devra intervenir soit pour assurer l’étanchéité de la cuve à fioul soit pour la changer.

Étape n°3 : ce qu’il reste à vérifier avant d’allumer une chaudière au fioul

La chaudière et la cuve sont en bon état ? C’est déjà une bonne chose, mais il reste encore quelques petits détails à vérifier avant de lancer le chauffage.

  • Purger les radiateurs 

L’air vient se nicher dans les tuyaux de chauffage, occasionnant certains problèmes techniques, comme un chauffage moins performant, des bruits d’écoulement d’eau ou d’air, ou encore des sifflements. Une purge annuelle est donc préconisée. Pour des raisons de sécurité, il est conseillé de purger les radiateurs en dehors de la période de chauffe.

  • Vérifier la pression du circuit de chauffage

En dehors de la période de chauffe, la pression du circuit de chauffage peut diminuer. En temps normal, elle doit être au minimum de 1 bar. Avant de relancer la chaudière, il faut donc s’assurer du bon niveau de pression. Si elle est trop basse, il suffit d’ouvrir le robinet d’eau tout en surveillant le manomètre. Une fois la pression idéale obtenue, il suffit de refermer le robinet.

  • Ouvrir la vanne d’arrêt de fioul

La vanne d’arrêt, ou vanne police, favorise l’alimentation en fioul de la chaudière. Bien évidemment, elle doit être ouverte pour que la chaudière puisse fonctionner.

 

 

Pour aller plus loin :