Semaine du 8 au 15 janvier : le prix du fioul baisse pour la deuxième semaine consécutive en 2016

19 janvier 2016 - Évolutions et tendances des prix moyen du fioul

Le prix du fioul reste en baisse pour la deuxième semaine consécutive sur fioulmarket.fr. Les 1 000 litres de fioul sont passés de 565 à 538 euros, soit une baisse de 27 euros entre le 8 et le 15 janvier. Sur la même période, la référence nationale clôture la séance du 15 janvier à 578 euros contre 595 euros les 1 000 litres le 8 janvier, soit une plus petite baisse évaluée à 17 euros. En commandant sur fioulmarket.fr, vous faites une économie de 40 euros par rapport à la référence nationale.

Jusqu’au 31 janvier 2016, vous pouvez profiter de notre offre TICPE de 24 euros avec fioulmarket.fr. Nous vous offrons la hausse de la Taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) grâce au code promo TICPE2016*.

Forte baisse du WTI à New-York

À New-York, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en février est passé sous la barre des 30 dollars. Il clôture la séance du 15 janvier à 29,42 dollars alors qu’il était à 33,16 dollars le 8 janvier, soit une baisse de 3,74 dollars. C’est son plus bas niveau de clôture depuis novembre 2003.

Cette semaine, le marché a chuté de 11% à New-York. Depuis le début de l’année 2016, le WTI a perdu 20,5% de sa valeur. Les investisseurs anticipent le retour du pétrole iranien sur le marché sachant que les sanctions seront levées. L’Iran compte faire passer sa production de 2,8 millions de barils par jour (mbj) avec comme objectif de produire 4,2 mbj en fin 2016. Selon Daniel Ang, analyste chez Phillip Futures, « Le retour des exportations de brut iraniennes signifie que la situation de surabondance de l'offre va s'aggraver ». De plus on peut émettre de sérieux doutes sur une baisse de production de  l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) au regard des vives tensions entre Riyad et Téhéran. L’Arabie Saoudite n’entend pas concéder une seule part de marché à son rival.

La Russie, les États-Unis et l’OPEP sont les principaux acteurs de la production mondiale de pétrole et aucun ne manifeste la volonté de réduire sa production. D’après Alexander Novak, ministre russe de l'Énergie, « Il est peu probable que l'ensemble des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) se mettent d'accord sur une baisse de la production, sans parler des pays extérieurs au cartel ». La crainte d'un ralentissement de la Chine, premier pays importateur de pétrole, a largement contribué à plomber les cours depuis le début d'année. Dans ce contexte, la baisse du nombre de puits en activité annoncée par le groupe Baker Hugues est passée inaperçue, d’autant plus qu’il ne s’agit que d’une unité en moins.

Forte baisse du Brent

À Londres, le prix du baril de Brent, référence européenne du brut, clôture la séance du 15 janvier à 28,94 dollars alors qu’il était à 33,55 dollars le 8 janvier soit une forte baisse de 4,61 dollars.

En perdant 14% sur la semaine et 22% depuis le début de l’année, le Brent a atteint son niveau le plus bas depuis février 2004 et est repassé sous le niveau du WTI. Selon des sources diplomatiques, l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) devrait certifier que l’Iran a respecté l’accord sur la réduction de son programme nucléaire. Par conséquent, le marché attend un afflux d’environ 500 000 barils par jour dans un premier temps, conformément aux prévisions de Téhéran. Disposant des quatrièmes réserves de pétrole mondiales, l’économie iranienne a souffert de ces sanctions qui ont étouffé son économie. Ainsi, « l'Iran posséderait d'importants stocks de pétrole en ce moment et serait en position de vendre s'il le souhaite, ce qui augmentera nettement l'offre » selon Ric Spooner, analyste chez CMC Markets à Sydney. Il a également ajouté que « La première priorité de l'Iran sera de retrouver sa clientèle et ses parts de marché. Les Iraniens vont vouloir proposer des offres attractives pour leurs clients ». Cette situation pourrait entrainer la baisse des cours qui sévit depuis juin 2014 à cause d’un excès d’offre que la demande mondiale ne parvient plus à compenser.

Légère baisse de l’euro face au dollar

L'euro a baissé face au dollar cette semaine en passant de 1,0922 le 8 janvier à 1,0916 dollars à la clôture du vendredi 15 janvier.

Depuis le début de l’année 2016, le dollar américain a tendance à se renforcer suite à la hausse des taux directeurs de la Réserve fédérale américaine (FED). Cette hausse est importante car les taux avaient été maintenus à zéro depuis 2008 au sortir de la crise des « subprimes ». Sur l’année 2015, la monnaie unique a perdu 9% face au dollar. Dorénavant, les investisseurs attendent la réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) ce jeudi 21 janvier 2016. Les avis sont partagés entre ceux qui pensent qu’il faut intensifier le soutien de l’économie et les partisans du statu quo.

 

Suivez l’évolution des prix du fioul en vous inscrivant à nos alertes prix. L’inscription est gratuite et ne demande pas de création de compte. Il vous suffit de renseigner votre adresse mail. L’actualité des prix du fioul est décryptée toutes les semaines par nos experts. Cette analyse hebdomadaire vous permet de commander votre fioul au moment opportun. Vous pouvez aussi nous suivre sur Twitter ou facebook pour être informés de nos actus. N’oubliez pas de profiter de notre offre TICPE de 24€. Pour toute commande, fioulmarket.fr vous offre la hausse de la TICPE jusqu'au 31 janvier 2016. Code: TICPE2016*