Semaine du 04 au 11 décembre 2015 : forte baisse du prix du fioul

15 décembre 2015 - Évolutions et tendances des prix moyen du fioul

L’hiver approche à grand pas et les prix du fioul baissent encore très fortement, et ce pour la cinquième semaine consécutive sur fioulmarket.fr. En effet les 1 000 litres sont passés de 592 euros le 4 décembre à 568 euros le 11 décembre, soit une baisse exceptionnelle de 24 euros ! Sur la même période, la référence nationale est passée de 645 euros à 613 euros. Ainsi, fioulmarket.fr vous permet de profiter de la baisse généralisée des prix, mais aussi de réaliser une économie de 45 euros par rapport à la référence nationale.

Vous vous situez dans les régions Ile-de-France et Centre ? C’est à votre tour de profiter du calendrier de l’Avent des Ventes Flash avec fioulmarket.fr jusqu'au 16 décembre. Ne ratez pas les 30€ offerts par 1 000 litres de fioul. Les prix du fioul sont en forte baisse en ce moment, alors profitez en vite pour remplir votre cuve avec fioulmarket.fr !

Forte baisse du WTI à New-York

À New-York, le baril de light sweet crude (WTI) pour livraison en janvier, est en baisse pour la deuxième semaine consécutive. De 39,97 dollars le 4 décembre il a fortement chuté de 4,35 dollars, pour atteindre 35,62 dollars le 11 décembre.

Le cours du WTI a perdu près de 11% de sa valeur en une semaine pour atteindre son niveau le plus bas depuis la crise de 2008-2009. Cette baisse est principalement due à la surabondance de pétrole qui pèse sur les cours. L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP)  a décidé de ne plus se fixer d’objectif chiffrés concernant sa production malgré un profond déséquilibre entre l’offre et la demande.

Dans son rapport mensuel qui est défavorable à la hausse des cours à moyen terme, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) estime que les cours pourraient rester très bas en 2016 à cause de la politique de l’Opep.

Le marché a très peu été influencé par le rapport du groupe Baker Hughes concernant la forte baisse du nombre de puits en activité aux Etats-Unis. Il ne reste plus qu’un tiers des puits de pétrole de schistes encore en activité depuis octobre 2014. Néanmoins, les chiffres du département américain de l’Energie montrent que la production reste encore supérieure à neuf millions de barils par jours. Les analystes de Commerzbank, s’interrogent maintenant sur la perspective à long terme, et se posent la question de savoir combien de temps le marché restera excédentaire.

Forte baisse du Brent

À Londres, le prix du baril de Brent a également baissé de 12% en une semaine. Il termine à 37,93 dollars le 11 décembre alors qu’il était à 43 dollars le 4 décembre sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit une baisse importante de 5,07 dollars. Le brut enregistre des records de baisse inconnus depuis 6 ans.

L’AIE basée à Paris et liée à l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a maintenu sa prévision selon laquelle l’Opep augmenterait sa production de 1,2 millions de barils par jour en 2016. Cela ne pourra donc pas compenser la baisse de production hors Opep évaluée à 600 000 barils par jour. De plus, le ralentissement de la croissance, et donc de la demande ressentien cette fin d’année pourrait se poursuivre en 2016. Cependant selon Jasper Lawler, analyste chez CMC Markets, l’Opep estime au contraire que la demande sera en hausse et que celle-ci pourra soutenir les prix. Selon Phil Flynn de Price Futures Group, « la Russie s’attend à ce que le prix du baril de pétrole reste inférieur à 60 dollars pendant au moins sept ans » alors que le baril s'échangeait à plus de 100 dollars avant mi-2014.

A l’issue de la COP 21, l’accord conclu à Paris n’a eu aucun impact sur les cours du brut d’autant plus que l’Opep n’a pas décidé de réduire sa production malgré l’excès de l’offre et l’arrivée du brut iranien sur le marché. Selon Nobuyuki Fujimoto de SBI Securities « Le réchauffement climatique est un problème, mais cela ne veut pas dire qu'on ne va plus utiliser d'énergie ».

L'euro progresse face au dollar pour la deuxième semaine consécutive

L’euro remonte pour la deuxième semaine consécutive pour atteindre 1,0996 dollar le 11 décembre, contre 1,0874 dollar à la clôture du vendredi 11 décembre.

Le marché est toujours en attente de la possible hausse des taux directeurs par la Réserve fédérale américaine. En attendant, le dollar a baissé par rapport à la monnaie unique à l’issue de la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) qui a prolongé son programme de soutien à l’économie européenne sans pour autant l’intensifier comme prévu initialement. Ainsi, selon Eric Viloria, de chez Wells Fargo « L'euro bénéficie de son statut de monnaie de financement » pour le moment.

En parallèle, l’économie américaine s’améliore en faveur de la hausse des taux. Toutefois selon M Esiner de chez Commonwealth Foreign Exchange, « des inquiétudes croissantes pour la santé de l'économie mondiale et la forte volatilité des marchés pourraient limiter l'ampleur des hausses des taux l'année prochaine ». Un renforcement du dollar influencerait les cours en rendant le pétrole plus cher pour les investisseurs possédant d’autres devises. Par conséquent la demande pourrait à nouveau s’effondrer.

N’hésitez pas à vous inscrire à nos alertes prix afin de suivre l’évolution des prix du fioul au quotidien sur votre code postal. L’inscription est gratuite et ne demande pas de création de compte. Il vous suffit de renseigner votre adresse mail. L’actualité sur l’évolution des prix du fioul est commentée et expliquée par nos experts chaque semaine. Cette analyse hebdomadaire vous permet de commander votre fioul au moment le plus opportun. Profitez de notre Calendrier de l’Avent des Ventes Flash avec 30€ offerts par 1 000 litres de fioul pour les régions Ile-de-France et Centre jusqu'au 16 décembre.