Réunion de l’OPEP : vers une hausse du prix du pétrole ?

29 novembre 2016 - Evolution des prix du fioul

Les pays de l’OPEP se sont retrouvés à Doha dans la semaine du 14 au 20 novembre 2016 afin de trouver un terrain d’entente pour réduire leur production, avant la réunion de Vienne le 30 novembre. L’heure est à l’optimisme et la perspective d’un accord se précise, avec en ligne de mire une hausse durable du prix du pétrole qui impacterait également les prix du fioul.

opep

Les pays de l’OPEP s’unissent pour trouver un accord

Les pays de l’OPEP et la Russie, principaux producteurs de pétrole à travers le monde, se sont réunis au Qatar dans la semaine du 14 au 20 novembre 2016. Leur objectif : trouver un terrain d’entente pour réguler le nombre de barils sur le marché et permettre une hausse du prix du pétrole à la fois significative et durable.

Le bilan de cette réunion, qui précède celle de Vienne le 30 novembre prochain, semble plutôt positif et la perspective d’un accord semble enfin se dessiner. Les participants ont demandé à l’Iran de contenir sa production de brut à 3,92 millions de barils par jour, un volume proche de sa production actuelle. Le représentant de l’Iran au sein de l’organisation pétrolière internationale s’est montré optimiste quant à un accord le 30 novembre prochain. Un avis partagé par Alexander Novak, ministre russe de l’énergie.

Au cours de ce sommet, les représentants de 11 pays dont l’Algérie, le Qatar, l’Arabie saoudite, l’Iran ou encore l’Irak, se sont rencontrés.

Pour rappel, les pays de l’OPEP s’étaient déjà réunis à Alger fin septembre pour commencer les négociations. Lors de cette assemblée, les délégués de l’organisation avaient convenu de maintenir leur production entre 32,5 et 33 millions de barils par jour, contre 33,47 millions au mois d’août.

Le fioul étant un dérivé du pétrole, si un accord était trouvé entre les pays exportateurs, les prix du fioul seraient directement impactés et augmenteraient également.

Hausse du prix du pétrole : le 30 novembre, une date décisive ?

Si la réunion organisée à Alger a marqué une avancée notoire, elle a également mis une pression nouvelle sur l’Irak et l’Iran afin que chacun réduise sa production ou la gèle. Si ces deux pays ont toujours refusé d’accéder à cette requête, il s’agit pourtant d’une condition fondamentale pour réduire les stocks de barils et générer une hausse du prix du pétrole.

La réunion du 30 novembre à Vienne a justement pour but de concrétiser les décisions prises à Alger. Noureddine Boutarfa, ministre algérien de l’énergie, s’est dit optimiste quant à cette échéance, précisant que l’accord d’Alger était déjà en cours de mise en œuvre, grâce à la volonté et à la coopération de chaque pays.

Si les engagements des pays de l’OPEP se concrétisent, le prix du baril pourrait remonter à 55 $ en 2017 selon Bijan Zanganeh, ministre iranien du pétrole. Lundi 21 novembre, le cours du baril de pétrole s’élevait à 47,51 $ et bénéficiait d’une hausse depuis vendredi. Un signe prometteur, à dix jours du sommet de Vienne.

 

Pour aller plus loin :

Hausse du prix du pétrole : le rôle de l’accord de l’OPEP

Opep : membres, fonctionnement et enjeux

Marché du pétrole : vers un retour à l’équilibre en 2017 ?