App/hinclude.html.twig

Quelles sont les dernières annonces de l’OPEP et l’AIE ?

Actualités du fioul

Publié le 30/06/2020 à 09h56 mis à jour le 19/10/2020 à 11h48

L’OPEP contrôlant une bonne partie de l’offre mondiale en pétrole et l’AIE informant le monde sur la demande globale en or noir, ces deux organisations ont une influence importante sur le cours du pétrole et les prix du fioul. Voici leurs dernières annonces.

OPEP AIE quoi de neuf

Le monde traverse une importante crise sanitaire qui a une influence nette sur l’activité économique globale. Étant donné que de nombreuses activités ont recours à des énergies dérivées du pétrole pour fonctionner, la consommation d’or noir a également énormément baissé depuis le début de la pandémie. En effet, des secteurs comme l’aéronautique fonctionnent encore au ralenti. Or, en vertu de la loi de l’offre et de la demande, à offre équivalente, plus la demande est réduite, plus les prix baissent.

L’OPEP maintient sa baisse de la production

On constate que cette règle est respectée lorsqu’on se penche sur le cours du pétrole. En avril dernier, le baril de Brent a ainsi chuté sous les 20 dollars, avant de reprendre petit à petit des couleurs. Le prix du fioul étant principalement déterminé par celui du pétrole, il a connu la même évolution.

Ce mouvement haussier a été en partie dû à la décision des pays membres de l’OPEP + (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole ainsi que ses alliés comme la Russie) de limiter drastiquement leur production (près de 10 millions de barils par jour produits en moins). En juillet, la quantité produite a toutefois été légèrement supérieure. De quoi inciter le cartel à rappeler, au milieu du mois d’août, que la limitation de la production était toujours en vigueur et qu’il était impératif, pour les pays membres, de la respecter.

Cette annonce a conduit directement à une baisse des prix du pétrole.

Demande en baisse jusqu’en 2021, selon l’AIE

Du côté de l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), dont l’un des rôles est de surveiller l’évolution de la demande mondiale en énergie, notamment en pétrole, les dernières semaines ont également été marquées par une annonce de nature à influencer le cours du pétrole.

En effet, le 13 août, l’AIE a abaissé ses prévisions quant à la demande pour les années 2020 et 2021. Celle-ci devrait chuter à 91,9 millions de barils par jour en 2020, et à 97,1 millions de barils par jour en 2021. Ces chiffres sont inférieurs à ce qui avait été précédemment prévu (-140.000 barils par jour pour 2020 et -240.000 barils par jour pour 2021).

Dans son rapport mensuel, l’AIE pointe un principal responsable à cette situation : le secteur du transport, aérien et terrestre. « Ces secteurs, qui constituent tous deux des composantes essentielles de la consommation de pétrole, continuent à connaître des difficultés », note l’agence. Et ses prévisions pour les prochains mois ne sont pas grandioses, surtout pour le secteur aérien. « Le secteur aérien va probablement mettre plus longtemps à se remettre », estime ainsi l’AIE.

Notez qu’une autre annonce a également influencé le cours du brut au cours des dernières semaines. L’agence américaine d’information sur l’énergie a en effet annoncé que les réserves de pétrole du pays avaient reculé moins que prévu, pour la quatrième semaine de suite. Or, plus les stocks américains de pétrole sont importants, plus les prix ont tendance à baisser.

 

Pour aller plus loin :

Pourquoi l’OPEP continue-t-elle à produire du pétrole ?

Qui sont les plus importants producteurs de pétrole en 2020 ?

L'OPEP prolonge sa limitation de la production: quelles conséquences sur le prix du fioul?