Prix du pétrole au Koweït : les prix vont augmenter à la rentrée

17 août 2016 - Evolution des prix du fioul

La baisse prolongée des prix du pétrole a eu un impact relativement important sur l’économie de nombreux pays à travers le monde. Les pays producteurs de pétrole, dont l’économie repose essentiellement sur les revenus issus de l’activité pétrolière, en ont particulièrement pâti, à l’image du Koweït qui a décidé d’augmenter les prix du pétrole afin de contrebalancer sa baisse de revenus. Zoom sur cette décision. 

Des augmentations en cascade

À partir du 1er septembre 2016, les prix des dérivés du pétrole vont sensiblement augmenter au Koweït :

  • Les carburants à faible taux d’octane augmenteront de 41 %, passant à environ 28 centimes de dollars le litre ;
  • Les carburants au taux d’octane élevé gagneront 61 %, soit 35 centimes de dollars en moyenne par litre.

Ces prix sont loin d’être figés et sont voués à évoluer tous les trimestres sur décision d’un comité. Ce sont les cours internationaux qui devraient les faire varier à la hausse ou à la baisse. Ces hausses sont les plus importantes enregistrées depuis 20 ans au Koweït.
À noter que les prix du pétrole ne sont pas les seuls à connaître des hausses significatives. En avril dernier, l’augmentation du prix de l’eau et de l’électricité pour les commerçants et les étrangers avait déjà été décidée et devrait prendre effet à partir du mois d’octobre. Là encore, cette décision comporte un caractère exceptionnel car il s’agit des premières augmentations de ce type depuis environ 50 ans.

Une décision qui n’a rien d’une exception

Le Koweït n’est pas le seul pays à avoir décidé d’augmenter les prix des dérivés du pétrole. En effet, d’autres membres du CCG, Conseil de coopération du Golfe, ont entrepris des démarches similaires, à l’image de l’Arabie saoudite, le Bahreïn, les Émirats arabes unis, Oman et le Qatar. Ces décisions ont elles aussi pour objectif d’enrayer la baisse importante des revenus issus de l’activité de l’industrie pétrolière. Le Koweït, comme de nombreux pays pétroliers, a en effet vu ses revenus diminuer de manière conséquente depuis l’effondrement des prix du pétrole en juin 2014. Cela s’est notamment traduit par un déficit budgétaire de 15,3 milliards de dollars pour l’exercice 2015-2016, soit une première pour le pays depuis 16 ans.
Un autre facteur doit également être pris en compte, à savoir la difficulté des membres de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole) à statuer sur une éventuelle baisse de la production de pétrole. En effet, le marché est toujours saturé par une offre de barils trop importante. La donne pourrait toutefois changer d’ici septembre, mois au cours duquel les membres du cartel devraient se réunir afin de prendre une décision.

 

Pour aller plus loin :

Baisse des prix du pétrole et répercussions politiques

Marché du pétrole : vers un rééquilibrage progressif en 2016

Les prix du pétrole augmentent en Asie