Le prix du pétrole sous la barre des 40 dollars

16 décembre 2015 - Actualités du fioul

Le prix du pétrole continue sa dégringolade, amorcée en juin 2014. En début de semaine, il est passé sous la barre des 40 dollars, un niveau qui n’avait pas été atteint depuis l’année 2009. Pourquoi cette nouvelle baisse ? 

  • L’Opep campe sur ses positions

Le 4 décembre 2015, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a réaffirmé sa volonté de maintenir sa production de pétrole, estimée aujourd’hui à environ 32 millions de barils par jour. Cette annonce s’est immédiatement répercutée sur le prix de l’or noir puisque le prix du baril de Brent de la mer du Nord, référence pour le prix du pétrole en Europe a chuté en dessous de la barre des 40 $ et se chiffrait à 39,80 $ mardi dernier. Le prix du WTI n’a pas tardé à suivre : mardi matin, le baril se chiffrait à 36,83 $.

  • Pourquoi l’Opep campe sur ses positions ?

Le maintien de la production de pétrole et la baisse du prix du pétrole résulte en partie du refus des pays membres de l’Opep de conclure un accord sur le plafonnement de la production de pétrole. L’organisation, sous l’impulsion de l’Arabie saoudite essentiellement, souhaitait montrer à nouveau sa volonté de conserver ses parts de marché et d’affaiblir ses concurrents. Parmi les plus importants figurent notamment l’Iran, qui prévoit de reprendre sa place sur le marché pétrolier dès la levée des sanctions internationales à son encontre en 2016, et les États-Unis, engagés dans l’exploitation du pétrole schiste. Ces derniers doivent faire face à des coûts de production et d’exploitation relativement importants qui freinent son essor.

L’Irak, qui a annoncé sa volonté d’augmenter sa production, constitue également une « menace » que l’organisation souhaite asphyxier en continuant à suralimenter le marché.

  • Des tensions au sein de l’Opep

La baisse du prix du pétrole n’est pas sans contrarier les acteurs du marché ainsi que les membres de l’Opep. De nombreux pays, essentiellement les plus petits producteurs tels que le Venezuela, l’Équateur ou l’Algérie avaient marqué leur volonté de plafonner la production de pétrole, cela sans succès et avec, pour conséquence, une fragilisation certaine de leur économie.

 

Le retour à l’équilibre du prix du pétrole semble compromis, et cela pour une période indéterminée. Une reprise de la croissance, combinée à la conclusion d’un accord entre les pays Opep et non Opep pour la réduction de la production pourrait toutefois enrayer la chute du prix de l’or noir.

Le saviez-vous ?
La baisse prolongée du prix du pétrole a un impact sur le prix du fioul. Ce dernier est en effet au plus bas depuis plusieurs mois déjà, permettant à de nombreux ménages de remplir leur chaudière à fioul à moindre coût.

Profitez du fioul domestique au meilleur prix partout en France et économisez entre 10 et 50 € sur votre commande de 1 000 L, grâce à fioulmarket.fr. Renseignez-vous sur les tarifs pratiqués dans votre ville et obtenez votre devis gratuit, sans attendre.

Pour aller plus loin :