Vente flash exceptionnelle

Du 26 au 29 mai

20 Offerts tous les 1000L commandés

-90
-60
-90
-60
-30
-60

Prix du fioul domestique : semaine du 16 au 20 juin 2014

26 juin 2014 - Évolutions et tendances des prix moyen du fioul

 semaine du 16 au 20 juin 2014

Les prix du fioul domestique repartent fortement à la hausse au niveau national cette semaine. Comme le montrent les indicateurs DIREM, le prix du fioul ordinaire est passé de 874,8€ le 13 juin 2014, à 883,9€ le 20  juin 2014, soit une hausse de 9,1€. Les prix accusent ainsi une hausse non constatée depuis le début du mois de mars 2014. fioulmarket.fr répercute la hausse nationale. Toutefois, notez que nous restons en-deçà de la référence nationale. En effet, nous affichons les 1000L de fioul ordinaire à 878€.

À New-York, vendredi 20 juin, le cours du brut confirme la tendance haussière constatée depuis deux semaines consécutives. Le baril de « light sweet crude » (WTI), pour livraison en juillet, s’est établi à 107,26 dollars sur le Nymex, contre 106,91 dollars la semaine passée, soit une très légère hausse de 0,35 dollars. Ce niveau est à nouveau le plus haut atteint depuis 9 mois, soit depuis le 18 septembre 2013.
La hausse des cours est cette semaine encore soutenue par la recrudescence des violences en Irak. Les investisseurs se montrent de plus en plus craintifs suite à la décision du président américain Barack Obama d’envoyer 300 conseillers militaires américains en Irak. Ceci dans le but d’aider l’armée irakienne à surmonter les conséquences désastreuses de l’offensive djihadiste de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL), amorcée le 9 juin dernier. Quatre provinces du nord et de l’est du pays sont à présent aux mains de ces insurgés sunnites, dont l’objectif principal reste la prise de Bagdad. Vendredi 20 juin, le principal chef religieux chiite d’Irak appelait la communauté chiite à combattre et à chasser les rebelles sunnites du pays.
Le marché reste extrêmement sensible aux tensions géopolitiques de ce deuxième producteur de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole). Il détient 11%  des réserves prouvées dans le monde, avec une production moyenne de 3,4 millions de barils par jour. Un arrêt soudain des principaux terminaux producteurs de pétrole du pays aurait des conséquences dévastatrices sur le marché énergétique. C’est ce que redoutent les investisseurs en cas de prise des zones sud du pays abritant les principales infrastructures pétrolières.
Une autre cause de l’augmentation importante du cours du brut est d’ordre contractuel. Il s’agit de l’approche de la date d’expiration du contrat pour livraison en juillet à la clôture.
Enfin, le cours du pétrole profite de la remise en route de l’oléoduc Seaway reliant Cushing, le terminal pétrolier de l’Oklahoma. Ce dernier, situé dans le golfe du Mexique, contient le brut utilisé comme référence sur le marché.

À Londres, le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en juillet également, a terminé vendredi 20 juin à 114,52 dollars suivant également la tendance à la hausse généralisée des cours du brut constatée depuis plusieurs semaines. La veille, son niveau le plus haut depuis septembre 2013 avait été relevé (115,71 dollars). Il s’affichait la semaine passée à 112,85 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE), soit une légère hausse de 1,67 dollars par rapport au vendredi 13 juin. Les événements irakiens forment ici aussi la principale cause de la hausse du cours.

Enfin, la monnaie unique terminait vendredi 20 juin à 1,3588 dollars, accusant ainsi une hausse de 0,0054 dollars par rapport à la semaine passée. De très légères fluctuations de cet ordre ont pu être observées sur l’ensemble de la semaine. Aucun indicateur majeur n’ayant été dévoilé, ni en Europe, ni aux États-Unis, le marché reste plutôt « flat ». La monnaie américaine bénéficiait cette semaine d’un accès de faiblesse déclenché par un message de la Réserve fédérale des Etats-Unis (Fed). L’institution a annoncé, mercredi 18 juin, une réduction de 10 milliards de dollars sur son programme de rachats d’actifs. Ce dernier a été mis en place dans le but de soutenir la reprise de l’économie américaine. Il compte à présent 35 milliards de dollars mensuels. Les investisseurs ont ainsi pu procéder à des achats du dollar à bon compte. Toutefois Janet Yellen, la présidente de la Fed note qu’ « une politique monétaire hautement accommodante » reste toujours d’actualité dans un contexte peu rassurant. L’inflation est toujours en-deçà des objectifs nationaux, et la baisse du taux de chômage reste insatisfaisante. De plus, il faut noter la décision de maintien de statu quo de la Fed sur son taux directeur (proche de zéro). Une  remontée des taux engendrerait une revalorisation du billet vert qui serait plus rémunérateur, et donc plus convoité par les courtiers. Cette remontée est attendue pour l’été 2015 seulement.

Enfin, les investisseurs restent sur le qui-vive de par la situation géopolitique délicate dans laquelle se trouvent les États-Unis par rapport à la crise irakienne.

Rendez-vous sur la page des prix du fioul de fioulmarket.fr pour trouver le fioul au meilleur prix près de chez vous. N’hésitez pas à comparer les prix, et à commander avant que les prix ne repartent à la hausse. Vous pouvez également suivre toute l’actualité du fioul sur fioulmarket.fr. Enfin, nous vous invitons à rejoindre la communauté fioulmarket.fr sur notre page facebook. Participez à nos jeux et tentez de gagner du fioul ou des bons d’achat. Le jeu que nous organisons à l’occasion de la Coupe du Monde de la FIFA 2014 est toujours en ligne, et ce jusqu’au 12 juillet 2014 !