App/hinclude.html.twig

Prix du fioul en 2021 : à quoi peut-on s’attendre ?

Évolutions et tendances des prix moyens du fioul

Publié le 13/01/2021 à 10h02 mis à jour le 27/01/2021 à 16h06

Si l’exercice d’anticipation n’est certes pas évident en ce qui concerne l’évolution des prix du fioul, certains éléments peuvent tout de même permettre d’obtenir des indications. Nous les passons en revue avec vous pour évaluer dans quelle direction évolueront les prix du fioul en 2021.

Prévisions prix du fioul 2021

Qui ne souhaiterait pas avoir une boule de cristal permettant de savoir de quoi demain sera fait ? C’est encore plus tentant en ce qui concerne les produits pétroliers. En effet, en sachant à quel moment leur prix est au plus bas, on peut toujours acheter son combustible au meilleur prix !

Un exercice d’anticipation périlleux

Malheureusement, cela n’est pas si simple pour le fioul. Comme tous les dérivés du pétrole, le prix de ce produit est surtout influencé par le cours du pétrole : quand le brut est au plus bas, le prix du fioul plonge aussi, et inversement.

Or, à l’instar de l’ensemble de produits cotés en bourse, le cours du pétrole peut baisser ou augmenter suivant un nombre important d'événements. Si certains sont prévisibles (élections présidentielles américaines, rapports de l’AIE, décisions de l’OPEP), d’autres peuvent être complètement inattendus (phénomènes naturels, attentats, etc.).

Dans ces conditions, parvenir à anticiper l’évolution du cours du pétrole et, donc, celle du prix du fioul, relève de la gageure. Et pourtant, en 2021, plusieurs éléments peuvent d’ores et déjà être pointés comme pouvant influencer le prix du fioul.

Les éléments qui influenceront le prix du fioul en 2021

Parmi l’ensemble des facteurs qui pourront influencer le cours du pétrole en 2021, on peut en relever deux principaux : l’évolution de la pandémie de coronavirus et les conséquences de l’élection présidentielle américaine.

Un vaccin et la fin de la pandémie ?

2021 marquera-t-elle la fin de l’épidémie qui s’est déclarée en Chine il y a plus d’un an ? C’est ce que tous espèrent, du simple citoyen à l’industriel. À la fin 2020, les espoirs les plus fous ont été suscités par les annonces des sociétés pharmaceutiques qui se sont lancées dans le développement d’un vaccin. Les tests à grande échelle réalisés sur ces vaccins ont en effet démontré leur grande efficacité. Cela signifie qu’une administration rapide et massive de ce vaccin dans le monde permettrait de ralentir, puis d’éteindre la pandémie.

Cela serait évidemment une bonne nouvelle pour le secteur pétrolier, durement touché par cette crise. Le cours du pétrole s’est en effet totalement effondré en l’espace de quelques mois et il a été très difficile de lui faire reprendre des couleurs. En cause : le ralentissement conséquent de l’activité économique et des voyages qui a fait plonger la demande en énergie. Le déséquilibre entre offre et demande étant trop important, les prix ont chuté.

Si le virus venait à être maîtrisé, voire éradiqué, l’économie tournerait à nouveau à plein régime et la demande en pétrole retrouverait les mêmes niveaux qu’avant la crise. Cela pourrait conduire à une hausse du cours du pétrole et, donc, du prix du fioul. Évidemment, de nombreux obstacles se dressent encore sur la route menant à un tel scénario, à commencer par la méfiance de nombreuses personnes par rapport au vaccin. Les prochains mois seront déterminants pour savoir si le SARS-CoV-2 pourra être éliminé en 2021.

Le président Biden et l’Iran

En novembre, Joe Biden a été élu 46e président des États-Unis, battant Donald Trump au terme d’un scrutin disputé, dont le résultat n’a toujours pas été accepté par le président sortant.

Ce nouveau visage à la tête de la plus grande puissance mondiale devrait modifier en profondeur l’orientation de la politique étrangère américaine. Donald Trump avait volontiers adopté une attitude agressive vis à vis de ses adversaires, à commencer par des pays producteurs de pétrole comme l’Iran et le Venezuela. De son côté, Joe Biden a d’ores et déjà annoncé qu’il lèverait certainement les sanctions à l’encontre de l’Iran, dont les exportations de pétrole ont été sévèrement bridées par l’administration Trump.

Un tel scénario conduirait à l’arrivée sur le marché d’une quantité importante de pétrole, alors que la demande n’aura certainement pas encore retrouvé son niveau d’avant la crise. Conséquence : un déséquilibre entre offre et demande pourrait être créé et conduire à une nouvelle baisse des prix.

~~debut_liens_preview~~
https://www.fioulmarket.fr/actualites/l-evolution-du-prix-du-fioul-domestique-en-2020 https://www.fioulmarket.fr/actualites/le-fioul-2e-energie-la-moins-chere-du-marche-en-2020 https://www.fioulmarket.fr/actualites/le-prix-du-fioul-globalement-en-hausse-au-cours-du-3e-trimestre-2020
~~fin_liens_preview~~