App/hinclude.html.twig

Prix du baril de pétrole et conflit Russie – Ukraine : quel lien ?

Actualités du fioul

Publié le 18/02/2022 à 14h06 mis à jour le 08/06/2022 à 14h45

Le prix du baril de pétrole flambe : le Brent est en passe de franchir le seuil des 100 dollars. Si le contexte mondial, marqué par une forte demande et une offre limitée, explique cette hausse, la crise entre la Russie et l’Ukraine n’arrange pas la situation. Explications.

Crise Ukraine – prix du pétrole

Pourquoi la crise politique en Ukraine impacte-t-elle le prix du pétrole ?

Lundi 14 février, le baril de Brent, référence du pétrole en Europe, a atteint 96,16 dollars, flirtant avec la barre symbolique des 100 dollars. Si, depuis plusieurs mois, les cours de l’or noir ne cessent de grimper, ce nouveau sursaut s’explique principalement par le conflit entre la Moscou et Kiev. Depuis plusieurs semaines, les troupes russes menacent d’envahir l’Ukraine.

Or, la Russie, membre de l’OPEP+, fournit pas moins de 11,5 % de l’offre mondiale en pétrole. C’est le troisième producteur de pétrole brut et le deuxième exportateur mondial. À noter que cette dépendance est encore plus importante pour le gaz naturel, puisque 40 % du gaz naturel européen provient de la Russie.

Résultat : le monde a les yeux rivés sur l’Ukraine et la Russie. Les dirigeants et les observateurs craignent une escalade des tensions : se dirige-t-on vers un conflit armé ? Une guerre perturberait de façon évidente l’approvisionnement en or noir. Mais qui dit offre réduite, dit augmentation des prix.

Quelles perspectives pour les semaines à venir ?

Si la perspective d’un conflit Russie-Ukraine fait augmenter les prix du pétrole, elle n’explique cependant pas, à elle seule, pourquoi les cours sont si élevés. Cette crise intervient dans un contexte mondial où la demande est très forte (reprise économique, sortie de la crise de la COVID-19), et où l’offre est faible. La raison ? L’OPEP+ s’en tient à sa stratégie d’augmentation progressive de la production (une décision prise courant 2020) et n’atteint même pas ses objectifs d’extraction, notamment en raison du manque d’investissements des producteurs de pétrole ces dernières années.

Si certains spécialistes qualifient la crise en Ukraine d’ « épiphénomène » - elle ne serait responsable que d’une hausse de 2 à 3 dollars du baril de pétrole – il est clair qu’un conflit armé engendrerait une escalade des prix. Le baril pourrait alors atteindre les 115 ou 120 dollars.

Résultat : les produits dérivés du pétrole vont également continuer de voir leurs prix exploser. Les automobilistes constatent, depuis des semaines, l’augmentation du prix à la pompe. Idem pour le fioul, qui atteint, jeudi 17 février, 1 143 euros les 1 000 litres, alors qu’il était en dessous de la barre des 1 000 euros fin décembre. Si vous disposez d’une chaudière au fioul, il est donc temps de remplir vos cuves avant que les prix ne flambent encore davantage !

> A lire aussi : Prix du carburant en hausse : l’essence flirte avec la barre des 2 euros le litre

 

 

~~debut_liens_preview~~
https://www.fioulmarket.fr/actualites/prix-des-energies-la-baisse-en-prevue-pour-fin-2022 https://www.fioulmarket.fr/actualites/augmentation-du-fioul-le-bilan-du-mois-de-janvier https://www.fioulmarket.fr/actualites/vers-un-baril-de-petrole-au-dela-de-100-dollars
~~fin_liens_preview~~