Pourquoi les ouragans influencent-ils parfois le prix du fioul ?

Actualités du fioul

Publié le 26/09/2018 à 15h42

La semaine dernière, l’ouragan Florence a déferlé sur la côté sud-est des Etats-Unis faisant plusieurs victimes et causant d’importants dégâts matériels. Alors qu’il s’apprêtait à toucher la côte américaine, les prix du pétrole, et conséquemment du fioul, ont légèrement marqué une hausse. Voici pourquoi.

Ouragan

Isaac, Helene, Joyce ou Florence. Tels sont les noms donnés aux ouragans qui ont d’ores et déjà traversé l’Atlantique nord, provoquant des dégâts mais aussi des remous sur le marché pétrolier, avec une augmentation de 5% du WTI, la référence pétrolière américaine.

La saison des ouragans, qui s’étend approximativement de juin à novembre, n’est pas encore terminée. D’autres ouragans pourraient donc encore se former et faire fluctuer le prix du fioul dans les prochaines semaines.

 

Les ouragans peuvent menacer la production de fioul

Les ouragans sont en réalité l’évolution finale d’une perturbation qui passe d’abord par le stade de la tempête. Si on ne connaît pas ce genre de phénomènes en Europe, ils sont par contre fréquents dans une zone exploitée pour son pétrole : le golfe du Mexique. Les dépressions qui se forment au large des côtes africaines finissent en effet souvent leur course – au stade d’ouragan – en s’engouffrant dans cette région, de l’autre côté de l’Atlantique.

Dans le golfe du Mexique, deux types d’infrastructures de production peuvent être endommagées ou évacuées lors du passage d’ouragans :

  • des plateformes pétrolières, qui forent le sous-sol marin pour y récupérer le pétrole brut ;
  • des raffineries, qui transforment le pétrole brut en essence, fioul, etc.

Si ces infrastructures subissent des dégâts ou doivent être évacuées, la quantité de pétrole brut ou raffiné diminue et les prix, en fonction de la loi de l’offre et de la demande, partent à la hausse.

Les ouragans peuvent menacer le transport du fioul

Dans le cas de l’ouragan Florence, qui a conduit à une sensible évolution du prix du fioul, ce ne sont toutefois pas les infrastructures de production qui ont été menacées, mais bien un important oléoduc servant au transport de produits pétroliers raffinés de Houston vers New-York. La hausse constatée dans les prix du fioul pourrait donc être une conséquence de la crainte de voir l’approvisionnement en pétrole et en fioul venir à manquer. 

 

C’est l’oléoduc « Colonial Pipeline » qui était menacé par l’ouragan Florence. Avec ses 8850 km de long, il est le plus long oléoduc de transport de produits pétroliers raffinés aux Etats-Unis.

 

Pour aller plus loin :