App/hinclude.html.twig

Pourquoi le prix du pétrole devrait baisser en 2022

Évolutions et tendances des prix moyens du fioul

Publié le 17/12/2021 à 10h10

Le prix du baril de pétrole, et donc le prix du fioul domestique, devraient baisser en 2022. Pourquoi ? Car l’offre va augmenter. La demande aussi, mais dans une moindre mesure. L’Agence internationale de l’énergie envisage donc une situation « plus confortable » qu’en 2021. Explications.

Prix du pétrole 2022

Marchés pétroliers : 2022 devrait être « plus confortable »

Une offre (enfin) supérieure à la demande : c’est ce qui devrait se produire, en 2022, sur le marché du pétrole. C’est tout du moins ce que prévoit l’Agence internationale de l’énergie (AIE), qui estime que la situation mondiale sera « plus confortable » et largement excédentaire. Un surplus de 1,7 million de barils par jour est attendu au premier trimestre. Les cours du pétrole devraient donc enfin baisser en 2022.

Il est vrai que le prix du baril de pétrole a eu tendance à s’envoler en 2021. Pourquoi ? Car la demande a augmenté, l’année 2021 ayant été moins marquée que 2020 par les confinements et restrictions successifs, mais la demande n’a pas suivi. En effet, l’OPEP+ a poursuivi sa politique d’augmentation très progressive de la production, après avoir fortement serré les robinets en 2020.

> À lire aussi : Baisse des prix du pétrole : quelles causes et quelles conséquences ?

L’offre de pétrole en nette augmentation

Pour 2022, l’offre de pétrole devrait largement augmenter. L’AIE estime cette hausse à 6,4 Mb/j, contre 1,5 Mb/j en 2021. Pourquoi ? Car, malgré les inquiétudes survenues avec la progression du variant Omicron, les pays de l’OPEP+ ont décidé de maintenir leur augmentation progressive de la production pour les mois à venir. D’autres pays, qui ne sont pas membres de l’organisation, augmentent également leur production, en particulier les États-Unis, le Canada et le Brésil.

Certains pays, gros consommateurs d’or noir, mènent une action conjointe en puisant dans leurs réserves stratégiques : les États-Unis, mais également l’Inde, la Chine, l’Afrique du Sud, le Japon et le Royaume-Uni. Une inconnue demeure : l’Iran. Ce pays va-t-il de nouveau pouvoir exporter son pétrole ? Des négociations internationales sont en cours pour lever l’embargo.

La demande en hausse, mais dans des proportions moindres

De l’autre côté de la balance, la demande en pétrole devrait aussi augmenter. L’AIE estime qu’elle retrouvera son niveau d’avant la pandémie en 2022, à 99,5 Mb/j. Elle augmentera cependant moins en 2022 (+3,3 Mb/j) qu’en 2021 (+5,4 Mb/j). De plus, les dernières restrictions liées à l’apparition du variant Omicron ont incité l’AIE à revoir à la baisse ses prévisions de 100 000 barils par jour pour 2021 et 2022.

Le prix du fioul en baisse en 2022

Si le prix du baril de pétrole est amené à baisser en 2022, le prix du fioul domestique, qui lui est corrélé, devrait également être revu à la baisse. Le jeudi 16 décembre, il s’établit, en moyenne, en France, à 973 euros les 1 000 litres.

> À lire aussi : Comment choisir son fioul domestique ?

 

~~debut_liens_preview~~
https://www.fioulmarket.fr/actualites/prix-des-energies-la-baisse-en-prevue-pour-fin-2022 https://www.fioulmarket.fr/actualites/le-fioul-2e-energie-la-moins-chere-du-marche-en-2020 https://www.fioulmarket.fr/actualites/comment-les-negociations-entre-membres-de-l-opep-influent-sur-le-marche-du-petrole
~~fin_liens_preview~~