Vente flash exceptionnelle

Du 21 au 27 juillet

20Offerts tous les 1000L commandés

-90
-60
-90
-60
-30
-60

Pétrole de schiste aux USA : une baisse de la production prévue en mai

30 avril 2015 - Actualités du fioul

L’EIA, l’agence américaine d’information sur l’énergie, a publié mi-avril un rapport indiquant qu’une baisse de la production de pétrole de schiste aux États-Unis aura lieu au mois de mai. fioulmarket.fr fait le point pour vous.

 une baisse de la production prévue en mai

Quelle baisse pour la production de pétrole de schiste aux États-Unis ?

D’après l’EIA, la production de pétrole de schiste aux USA devrait légèrement reculer au mois de mai, passant de 5,02 millions de barils prévus à 4,98 millions effectivement produits. Bien que les puits les plus récents suivent toujours une montée en puissance, les producteurs américains semblent ainsi revoir leurs projets à la baisse, principalement en raison de l’effondrement des prix du pétrole (une chute de près de 60% des cours de pétrole a été observée depuis juin 2014).

Si l’annonce de cette baisse n’est pas surprenante (de nombreux analystes prévoyaient en effet un plafonnement de la production américaine au milieu de l’année), elle n’en reste pas moins remarquable : il s’agit de la première baisse de production depuis décembre 2011.

À savoir :

La production du gaz de schiste aux États-Unis devrait elle aussi diminuer pour la première fois depuis juillet 2013.

Pétrole de schiste aux USA : une production loin d’être en péril

Malgré cette baisse de production du pétrole de schiste aux États-Unis et du nombre d’appareils de forage en service sur le sol américain, la productivité des puits, elle, n’a cessé d’augmenter depuis un an. Les dernières données de l’EIA indiquent en effet que chaque puits des 7 bassins de production principaux produira en moyenne 387 barils par jour en mai, contre 374 en avril.

Plusieurs causes expliquent cette productivité incessante :

  • Les compagnies américaines ont réalisé d’importants investissements, et les licences octroyées le sont pour un temps limité. Les investisseurs doivent donc exploiter les gisements tant qu’il est encore temps, avant de perdre leurs droits à l’exploitation ;
  • Le seuil de rentabilité du schiste a été mal évalué : alors que le point bas de rentabilité était estimé à 70 dollars le baril, il semblerait que le schiste conserve sa rentabilité jusqu’à 40 dollars le baril sur certains gisements ;
  • Les États-Unis sont désormais les premiers producteurs mondiaux d’hydrocarbures, devant la Russie et l’Arabie Saoudite, et le gaz et le pétrole de schiste sont à l’origine de 90% de leur hausse de production. Même si l’Arabie Saoudite tente de produire massivement pour faire baisser les prix et diminuer ainsi la production américaine, certains spécialistes estiment que les États-Unis ne laisseront pas la première place à d’autres pays.

Pour aller plus loin :