OPEP : nouvelle mise au point à Vienne

Publié : 22 août 2017 - Mis à jour : 19 novembre 2017 - Actualités du fioul

Deux semaines seulement après une première rencontre à Abu Dhabi, les pays membres de l’OPEP se sont réunis lundi 21 août 2017, afin de faire un point sur le respect de l’accord historique reconduit en mai dernier. Quel impact cela aura-t-il sur le cours du pétrole ? Fioulmarket.fr vous dit tout.

Réunion de l’OPEP à Vienne

Réunion de l’OPEP à Vienne : pourquoi faire ?

Les pays membres de l’OPEP se réunissent au minimum une fois par mois pour statuer sur l’avancée de leurs efforts sur le marché du pétrole. Après une rencontre au début du mois d’août à Abu Dhabi, une nouvelle réunion de l’OPEP est organisée à Vienne.

Réunion à Vienne : quelles sont les discussions du jour ?

La réunion de Vienne semble tomber à point nommé, puisque la production de pétrole des pays membres de l’OPEP a atteint son plus haut niveau depuis sept mois, malgré un accord de limitation de la production reconduit en mai dernier. Cette rencontre au sommet sera donc l’occasion de rappeler à l’ordre les partenaires de l’accord et de faire respecter leurs engagements respectifs.

Dans le viseur, les Émirats arabes unis, l’Irak, le Kazakhstan et la Malaisie ne respectent pas leurs engagements. Lors de la précédente réunion de l’organisation à Abu Dhabi, les quatre pays ont pourtant indiqué vouloir faire des efforts supplémentaires afin de rester dans l’accord de l’OPEP. Autre point épineux : la Libye et le Nigéria. Ces deux pays exempts de quotas, déstabilisent le marché avec une production accrue. Le Nigéria a d’ores et déjà accepté de limiter sa production à 1,8 million de barils par jour.

Accord de l’OPEP : des quotas réalistes ?

L’accord historique de l’OPEP, s’il a été signé par de nombreux États producteurs de pétrole, ne semble pas être suivi à la lettre. L’accord a été respecté à 86 % en juillet ce qui risque de faire chuter le prix du pétrole brut de 9 % cette année. Plusieurs pays n’ont pas pleinement rempli leur contrat de réduction de production de pétrole. Parmi eux, on retrouve l’Irak, le Kazakhstan, les Émirats arabes unis ainsi que la Russie. À noter cependant que certains pays comme le Venezuela, l’Angola, ou encore le Mexique ont bien respecté leur quota de production. La réunion de Vienne est donc un moyen de faire pression sur les mauvais élèves et de montrer que la cohésion au sein de l’organisation est toujours de mise.

 

 

Réunions de l’OPEP : des effets sur le marché du pétrole ?

Les réunions de l’OPEP, organisées chaque mois, favorisent généralement une amélioration du marché du pétrole. Avant chaque rencontre, le cours de l’or noir tend à augmenter. Ces progressions restent timides et surtout, elles ne semblent pas durer dans le temps. Cette nouvelle réunion n’a pas dérogé à la règle. En fin de semaine dernière, le cours du pétrole était en hausse et avait même dépassé la barre des 52 $ pour le baril de Brent de la mer du Nord et 48 $ pour le baril de light sweet crude, en prévision de la rencontre à Vienne.

Pourtant, cette nouvelle réunion au siège de l’organisation ne rassure pas suffisamment les analystes les plus sceptiques en raison d’un stock mondial toujours très important. Si la production américaine a baissé, son niveau reste trop élevé pour permettre un rééquilibrage durable des stocks. À cela s’ajoutent les pays non soumis aux quotas de l’OPEP comme la Libye et le Nigéria qui produisent en masse, et la Chine dont la demande de pétrole a fortement baissé par rapport à juin. Les efforts du cartel pour stabiliser le marché du pétrole ne sont donc pas encore finis.

 

 

Pour aller plus loin :