OPEP/AIE : quelles sont les prévisions pour les prochains mois ?

Actualités du fioul

Publié le 11/04/2019 à 09h09

Les intérêts des pays producteurs et pays consommateurs de pétrole sont défendus par deux organisations bien connues : l’OPEP et l’AIE. Celles-ci, en gérant la production et en analysant la demande en pétrole, peuvent influer sur le cours de cette énergie. Nous vous dévoilons leurs dernières prévisions et décisions.

Le cours du pétrole est principalement déterminé par l’équilibre entre l’offre et la demande. Or, deux organisations fédèrent les pays producteurs et consommateurs de pétrole et, à ce titre, peuvent perturber cet équilibre : l’OPEP et l’AIE.

Qui sont l’OPEP et l’AIE ?

L’OPEP est l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole, créée en 1960. Elle regroupe 14 pays producteurs qui, ensemble, représentent environ 35% de la production mondiale. Même si l’influence de cette organisation est moins importante que dans le passé, notamment en raison de la montée en puissance de pays producteurs comme les Etats-Unis ou la Russie, elle conserve un poids important dans la production mondiale de pétrole.

L’Agence Internationale de l’Energie (AIE), quant à elle, a été fondée en 1974 à Paris. Elle entend conseiller ses membres pour garantir leur approvisionnement en énergie. Elle livre régulièrement des prévisions sur la demande en pétrole et, à ce titre, l’AIE peut influencer le cours du pétrole.

Les quotas de l’OPEP prolongés jusqu’en juin

Il y a quelques jours, l’OPEP a décidé de reporter sa réunion du mois d’avril au mois de juin. Or, au cours de celle-ci, elle devait décider de la prolongation ou de l’arrêt de ses quotas limitant la production de pétrole de 1,2 million de barils par jour. Cela signifie que la limitation de la production des pays de l’OPEP sera maintenue jusqu’à la prochaine réunion.

Les pays de l’OPEP ont commencé à limiter leur production au mois de janvier, pour faire remonter un cours du pétrole qui avait chuté durant les derniers mois. En agissant de la sorte, l’OPEP a modifié l’équilibre offre demande et fait remonter le cours du pétrole.

L’AIE table sur une offre et une demande soutenues

Dans un rapport sorti au début du mois de mars, l’Agence Internationale de l’Energie table sur une demande en pétrole toujours soutenue, et ce pour les cinq prochaines années. L’offre devrait également continuer à se développer. Plusieurs facteurs expliquent cette prévision :

  • la production de pétrole américaine, qui devrait croître de 4 millions de barils par jour jusqu’en 2024 ;
  • la croissance de la production d’autres pays hors OPEP comme la Norvège ou le Brésil ;
  • la croissance de la demande, atteignant 1,2 million de barils par jour d’ici 2024 (pour un total de 106,4 millions de barils par jour).

L’AIE ne croit donc pas du tout à un ralentissement de la demande mondiale. Celle-ci devrait rester soutenue au cours des prochaines années. Pour le consommateur, le fait que l’offre augmente elle aussi est toutefois rassurant. En effet, de la sorte, l’équilibre offre-demande devrait être garanti et le cours du pétrole (comme le prix du fioul) devrait rester relativement stable, même si l’OPEP décide de continuer à limiter sa production.

 

Pour aller plus loin :