App/hinclude.html.twig

OPEP-AIE : comment leurs dernières estimations pourraient influencer le prix du fioul ?

Évolutions et tendances des prix moyens du fioul

Publié le 04/09/2019 à 17h37

L’OPEP, pour les pays producteurs, et l’AIE, pour les pays consommateurs, suivent de près l’évolution de l’offre et de la demande mondiales en pétrole, facteur décisif dans la fluctuation des prix. Les deux institutions semblent aujourd’hui s’entendre sur une évolution à la baisse de la demande en pétrole.

Les décision récentes de l'OPEP et de l'AIE | Fioulmarket

L’équilibre entre l’offre et la demande est un facteur crucial dans l’évolution du cours d’un produit coté en bourse, comme le pétrole. Il n’est donc pas étonnant que la fluctuation de la demande mondiale soit suivie de près par les institutions représentant les pays producteurs (l’OPEP, Organisation des pays exportateurs de pétrole) et consommateurs (l’AIE, Agence internationale de l’énergie) de pétrole. Leurs rapports réguliers sur ce facteur clé influencent les investisseurs et, donc, les prix des produits pétroliers.

L’OPEP pessimiste sur la demande mondiale

Du côté des pays producteurs, on est plutôt pessimiste sur l’évolution de la demande en brut au cours des prochains mois. Dans son rapport mensuel paru à la mi-août, le cartel table sur une réduction de la demande de 40.000 barils par jour pour 2019. En outre, il estime que la production pourrait dépasser la demande en 2020, et ce malgré la décision de diminuer sa production de 1,2 million de barils par jour jusqu’en mars 2020

Cette diminution serait due en bonne partie au ralentissement de la croissance économique mondiale ainsi qu’aux tensions qui règnent dans plusieurs pays producteurs. Un marché dans lequel l’offre excède la demande n’est pas souhaitable pour l’OPEP, puisque cela conduit à une diminution des prix. Il est donc possible qu’une nouvelle baisse de la production soit décidée par l’OPEP dans le courant de l’année 2020. 

L’AIE sur la même longueur d’ondes que l’OPEP

L’Agence internationale de l’énergie, qui est généralement l’institution qui se charge de publier des rapports sur le niveau de la demande mondiale, partage l’avis de l’OPEP. Selon cette agence, sur les cinq premiers mois de l’année 2019, la demande mondiale en pétrole a augmenté à son rythme le moins élevé depuis la crise financière de 2008. L’AIE a également abaissé sa prévision concernant la demande mondiale en 2019 de 100.000 barils par jour (1,1 million de barils/jour). Et ce n’est pas tout, puisque les prévisions pour 2020 ont également été diminuées de 50.000 barils par jour à 1,3 million de barils/jour.

Pour l’AIE, la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine est l’un des principaux facteurs qui expliquent cette diminution importante de la demande.  

Quelle influence sur le prix du fioul ?

Reste à savoir ce que cette diminution de la demande pourrait avoir comme influence sur les prix du fioul. Ceci dépend de plusieurs facteurs :

  • le niveau de l’offre dans les pays hors OPEP ;
  • les décisions de l’OPEP de diminuer ou non leur production ;
  • l’évolution de la croissance économique.

Si la production se maintient à son niveau actuel ou augmente, notamment sous l’impulsion de la production américaine, on devrait logiquement assister à une baisse des prix des produits pétroliers comme le fioul. Néanmoins, on peut s’attendre à ce que l’OPEP cherche à neutraliser ce phénomène en diminuant encore sa production en 2020. Il faudra donc rester attentif aux signaux envoyés par cet acteur important au cours des prochains mois.

 

Pour aller plus loin :