Offre et demande : quelles sont les implications des dernières prévisions de l’AIE et de l’OPEP ?

Actualités du fioul

Publié le 27/12/2018 à 09h48

Le cours du pétrole est évidemment un élément essentiel qui détermine le prix du fioul. Mais il est très dépendant de la loi de l’offre et de la demande. A ce sujet, à quoi faut-il s’attendre au cours des prochains mois si l’on en croit les prévisions de l’AIE et les décisions de l’OPEP ?

L’Agence Internationale de l’Energie (AIE) regroupe une partie des principaux pays consommateurs de pétrole. A ce titre, elle publie régulièrement des prévisions quant à l’évolution de la demande mondiale en pétrole. D’un autre côté, l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) gère une grande partie de l’offre mondiale. Ces deux organisations ont donc une influence assez importante sur l’offre et la demande mondiales et donc sur le cours du pétrole comme sur le prix du fioul.

L’OPEP et ses alliés diminueront leur production pour 6 mois

L’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) s’est réunie au début du mois de décembre à son siège central de Vienne. Au cours de cette réunion annuelle, la décision a été prise, en collaboration avec les alliés de l’Organisation – Russie en tête –, de diminuer la production de pétrole de 1,2 million de barils par jour pour les six prochains mois. Cette décision a été prise pour soutenir le cours du pétrole, qui est en chute libre depuis le mois d’octobre. Cela a évidemment un impact sur le prix du fioul et tous les produits dérivés du pétrole, dont le fioul.

Cette chute du cours est pour le moins étonnante, étant donné que d’importants pays producteurs comme l’Iran et le Venezuela ont été impactés, l’un par des sanctions américaines, l’autre par des troubles internes. Alors que cette baisse de l’offre devait logiquement avoir un impact sur le cours du pétrole, la hausse de la production dans d’autres pays a permis de redresser la barre.

L’AIE annonce une hausse de la demande en 2019

De son côté, l’AIE a annoncé que la croissance de la demande mondiale en pétrole sera de 1,4 million de barils par jour en 2019. Selon l’organisation basée à Paris, on pourrait donc vivre une situation de déficit de pétrole dès le deuxième trimestre prochain.

Il faut rappeler que les prévisions en ce qui concerne le pétrole sont pour le moins ardues. Ainsi, depuis les dernières prévisions de l’AIE, la production des Etats-Unis et de la Russie a atteint des sommets. Certes, la Russie a convenu d’abaisser sa production en janvier, mais il faut voir dans quelle mesure les pays qui ne font pas partie de l’OPEP et de ses alliés pourront contrebalancer la baisse de leur offre. En outre, si l’offre reste trop importante par rapport à la demande, il n’est pas exclu que l’OPEP diminue à nouveau sa production en janvier ou février…

 

Dans tous les cas, il est particulièrement opportun de passer votre commande de fioul dès maintenant. Les prix du fioul sont en effet particulièrement intéressants aujourd’hui, et ils pourraient rapidement repartir à la hausse.

 

J'EN PROFITE