App/hinclude.html.twig

Vente flash exceptionnelle

Du 24 juillet au 4 août

30Offerts tous les 1000L commandés

-60
-90
-30
-30
-90
-30

Le prix du fioul va-t-il repartir à la baisse ?

Évolutions et tendances des prix moyens du fioul

Publié le 11/12/2019 à 11h00

Alors que la saison de chauffe bat son plein, chacun souhaiterait voir le prix du fioul baisser. Pour savoir si cette tendance se profile, il faut principalement être attentif aux facteurs qui influencent le cours du pétrole. Nous faisons le point pour vous.

baisse prix fioul a venir

Depuis le mois d’octobre dernier, le prix du fioul est resté relativement stable, sans connaître d’augmentation ou de chute brutale. Alors, peut-on s’attendre à une baisse prochaine des prix ?

Le prix du fioul, lié au cours du pétrole

Pour le savoir, il faut comprendre quels sont les facteurs qui influencent le prix du fioul. Au-delà des taxes, des coûts de raffinage ou de distribution, c’est bien le cours du pétrole qui a le poids le plus important dans la coût final du litre de fioul.

Or, le cours du pétrole est principalement déterminé par le jeu de l’offre et de la demande sur les marchés mondiaux. Cet équilibre est régulièrement mis à mal par différents phénomènes :

  • les tensions géopolitiques ;
  • les catastrophes naturelles ;
  • les augmentations ou limitations volontaires de la production ;
  • le poids du dollar face à l’euro ;
  • etc.

La production de l’OPEP à nouveau limitée

L’un des acteurs majeurs à même de bousculer l’équilibre mondial entre offre et demande est l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole). Ce cartel regroupant certains des principaux pays producteurs de pétrole représente à lui seul la majorité de la production mondiale de pétrole. En décidant d’augmenter ou de diminuer sa production, l’OPEP peut donc faire augmenter les prix, puisque l’offre mondiale se réduit.

L’organisation a déjà pris cette décision à plusieurs reprises. Ainsi, depuis la fin 2018, l’OPEP et ses alliés (comme la Russie) ont convenu de limiter de 1,2 million de barils par jour leur production commune. Ces 5 et 6 décembre, l’OPEP se réunissait à Vienne et a décidé de diminuer de 500.000 barils supplémentaires sa production quotidienne. Une façon de faire finalement rebondir un cours qui ne décolle plus depuis quelque temps.

Une demande faible et une forte production hors OPEP

Doit-on donc dès lors craindre non pas une baisse prochaine des prix, mais bien une hausse ? Rien n’est moins sûr. En effet, la réduction renforcée de la production de pétrole des pays de l’OPEP ne suffira peut-être pas à contrer l’augmentation de la production dans d’autres pays, principalement les États-Unis. En effet, la production américaine d’or noir a aujourd’hui atteint des sommets et permet de contrebalancer les décisions de l’OPEP.

En outre, la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis a contribué à ralentir l’activité économique mondiale et, donc, la demande en pétrole. Dans ce contexte, offre et demande s’équilibrent plus ou moins, malgré la baisse de la production de l’OPEP.

A moins d’un événement important (et imprévisible), on peut donc difficilement tabler sur une hausse ou une baisse brutale des cours du pétrole et, donc, des prix du fioul, au cours des prochaines semaines.

Pour aller plus loin :

Le prix du fioul est en baisse

Prix du fioul domestique : semaine du 02 décembre 2019

Prix du fioul domestique : quelles évolutions au mois de novembre 2019