Isolation phonique de la chaudière : comment réduire les nuisances ?

4 novembre 2015 - Guide pratique

Les chaudières sont sources de nuisances sonores qui sont souvent mal vécues. Ces bruits peuvent provenir du brûleur et, plus généralement, de la pompe de la chaudière à fioul. Pourtant, grâce à quelques aménagements ou travaux, lutter contre ces nuisances acoustiques est possible. Quelles solutions adopter pour améliorer le confort phonique dans votre logement ?

L’isolation phonique de la chaudière en bref

L’isolation phonique a pour objectif d’atténuer ou de supprimer les bruits dans un espace de vie. Selon la source de la nuisance sonore, les solutions d’isolation proposées diffèrent. Pour une chaudière, deux types de bruits peuvent nuire au bien-être :

  • les bruits aériens avec le brûleur dont le son se diffuse ; la gêne est surtout manifeste la nuit quand tout est silencieux dans la maison ;
  • les bruits vibratoires provenant de la pompe de la chaudière.

Quelles solutions pour atténuer les bruits de la chaudière ?

Plusieurs alternatives s’offrent à vous en ce qui concerne l’isolation phonique de votre chaudière.

Installer des supports antivibratoires

Avant de vous lancer dans des travaux de grande envergure, commencez par vérifier que votre chaudière ne soit pas fixée ou adossée à des cloisons légères et ne repose pas sur des supports trop rigides. Comme les vibrations se diffusent à travers les murs et les planchers, vous atténuerez une partie des nuisances sonores en désolidarisant votre chaudière du sol et du mur. Pour cela, il vous suffit d’acheter soit des blocs en caoutchouc, soit des plots antivibratoires dans un magasin de bricolage pour atténuer le bruit émis par votre chaudière.

Isoler son espace de vie ou la chaufferie ?

Lorsque la précédente solution ne suffit pas à limiter les nuisances sonores de la chaudière, il vous faudra alors envisager des travaux d’insonorisation de la pièce qui renferme la chaudière en installant des matériaux isolants.

  • Pour les murs et cloisons : panneau sandwich, isolant sur ossature métallique et plaque de plâtre (applicable aussi aux plafonds), contre-cloison maçonnée.
  • Pour les sols : pose d’un revêtement, dalle flottante, faux plafond avec incorporation d’un isolant.

En revanche, si vous habitez dans une copropriété où ne sont pas prévus des travaux d’isolation de la chaufferie, la solution idéale est d’adopter l’isolation acoustique type « boîte dans boîte » : c’est une structure totalement désolidarisée de la pièce qui la renferme. Par contre, le traitement de l’intégralité des parois garantit l’efficacité totale de l’isolation phonique. En effet, isoler une seule paroi n’est pas suffisant car le son se diffuse dans l’ensemble des parois.

Bien choisir sa chaudière à l’achat pour se prémunir contre les bruits

Lors de l’installation d’une chaudière, en plus du critère de puissance et d’adaptation aux besoins du foyer, renseignez-vous sur la qualité acoustique de la chaudière. Pour vous aider dans votre choix, vérifiez que le produit est labélisé Qualitel confort acoustique. Par exemple, pour les chaudières fioul à condensation, la puissance sonore varie entre 38 et 49 décibels, l’équivalent d’un lave-vaisselle récent.

Lors de vos travaux d’isolation phonique pour votre chaudière, adressez-vous à un professionnel qui saura vous proposer la solution la mieux adaptée à votre logement.

 

Pour aller plus loin :