Hausse du prix du carbone : quel impact sur le modèle énergétique européen ?

Publié : 23 juin 2016 - Mis à jour : 14 novembre 2017 - Actualités du fioul

Le prix du fioul va t'il augmenter ? La réponse est oui !  Commandez dès maintenant afin d'anticiper la hausse des prix du fioul.

JE COMMANDE

Une étude menée en 2016 par le gestionnaire du réseau RTE, avec le soutien de l’Ademe, a montré qu’une hausse du prix du CO2 pourrait avoir un impact considérable sur les émissions du secteur de l’électricité en Europe. Quels sont les avantages d’une telle augmentation ? Quelles conséquences pour le consommateur ? Le point avec Fioulmarket.

Réduction d’un tiers des émissions du secteur électrique européen

L’étude menée par le réseau RTE montre que la fixation d’un prix plancher du carbone à 100 €/tonne applicable à la production électrique permettrait d’atteindre une réduction des émissions de 30 %. Ce résultat encourageant ne peut se réaliser qu’à la condition que les prix des combustibles soient stables et que le tarif du carbone soit homogénéisé au niveau européen.

Depuis 2010, le charbon a fait son retour en force dans les mix électriques européens au détriment du gaz. Cela s’explique par les coûts variables de production qui sont nettement plus inférieurs dans les centrales de charbon que pour les centrales de gaz. L’installation d’un prix plancher du carbone de l’ordre de 100 €/tonne au niveau européen pourrait réduire les écarts de coûts entre ces combustibles fossiles.

Quelles conséquences pour le consommateur ?

En impactant les coûts de production et les prix de marché, le nouveau prix carbone pourrait augmenter la facture d’électricité des consommateurs. En effet, dans l’hypothèse d’un signal prix à 100 € la tonne, on estime le surcoût à environ 50 milliards d’euros par an, soit 23 €/MWh.

Ce nouveau prix du carbone pourrait impacter la facture des ménages avec une hausse des dépenses de 83 € en moyenne, soit 3 % des dépenses énergétiques en plus. Les effets sur la facture dépendent de plusieurs facteurs tels que le type d’énergie de chauffage ou la composition du ménage. Bien que le coût devrait être plus élevé pour les ménages aisés, l’impact du surcoût serait plus important pour les ménages modestes.

Pour pallier cette problématique, des mesures ont été envisagées. Le futur chèque énergie notamment permettrait d’apporter une aide financière aux ménages modestes pour compenser l’impact de la hausse du prix du carbone.

Les dispositifs prévus par la France

En 2014, la France a introduit une composante carbone s’élevant à 7 €/tonne dans la fiscalité des énergies fossiles. Aujourd’hui, elle est fixée à 22 € par tonne. Dans le but d’encourager cette évolution, la loi sur la transition énergétique a prévu d’augmenter sa valeur à 56 € en 2020 puis 100 € en 2030.

Toutefois, la hausse progressive du prix plancher du carbone a un impact limité si les pays européens n’adaptent pas tous cette mesure. De plus, un véritable effort énergétique de la part de l’Europe pourrait s’accompagner de la hausse de la compétitivité des énergies renouvelables et rendre plus attractif le stockage de CO2.

Pour aller plus loin :

Qu’est-ce que la contribution climat énergie ?

Augmentation de la TICPE au 1er janvier 2015

Fiscalité énergétique et stratégie bas carbone