Vente flash exceptionnelle

Du 21 au 27 juillet

20Offerts tous les 1000L commandés

-90
-60
-90
-60
-30
-60

Fin de la prime à la casse pour les chaudières fioul

8 avril 2014 - Réglementation et fiscalité

En 2011, le gouvernement a mis en place la prime à la casse pour les chaudières fioul, via le Grenelle de l’Environnement, en partant du constat que les dépenses en énergie des ménages étaient trop élevées. En effet, les français dépensent en moyenne 900€ pour se chauffer. « Pour le changement d’une chaudière de plus de 15 ans, cette prime s’élève à 120 €, au moins,  pour l’achat d’une chaudière basse température, à 350 €, au moins, pour l’achat d’une chaudière à condensation et à 400 € pour une chaudière à bois. Cette prime est aussi valable pour le remplacement d’un appareil indépendant de chauffage au bois (poêle à bois, insert, foyer fermé...) de plus de 15 ans par un nouveau plus performant et moins polluant et s’élève alors à 120 € au moins ». Ainsi, le montant varie en fonction du type de chaudière. Ce dispositif avait pour objectif d’aider les Français à réduire leurs dépenses en énergie.

 

Le gouvernement pensait que cette opération permettrait un rajeunissement du parc. En effet, « pour maintenir à périmètre constant l’âge moyen du parc, il faudrait renouveler entre 150 000 et 170 000 unités par an. Or, les ventes de chaudières de moins de 70 kW n’ont totalisé que 300 000 unités entre 2009 et 2013 ». Mais le dispositif n’a pas atteint l’effet escompté. Pendant les sept premiers mois de l’opération, seulement 11 000 chaudières ont été renouvelées grâce à la prime.  Entre juillet 2012 et décembre 2013, 13 000 chaudières ont été renouvelées alors que la durée de l’opération était plus longue que la première. La Fédération française des combustibles, carburants & chauffage (FF3C) considère favorablement cette opération mais souligne la lenteur des ménages à changer de chaudière. La FF3C a donc décidé de ne pas poursuivre l’opération cette année.

 

Rédigé par Ann-Ségolène