Evolution des prix du fioul : mars 2014

9 avril 2014 - Evolution des prix du fioul

Globalement, les prix du fioul au mois de mars ont suivi la tendance à la baisse amorcée au mois de février. À ce titre, les prix DIREM ont atteint 895.7€ au début du mois, pour finalement terminer à 876.6€, accusant une baisse de 19€. Une commande en mars 2014 permettait de réaliser une économie de 79€, par rapport au mois de mars 2013. fioulmarket.fr vous a fait profiter de cette baisse exceptionnelle. En effet, le prix du fioul domestique sur le site fioulmarket.fr avoisinait 848€ les 1000 litres en mars 2014. Le litre de fioul reste, ce mois-ci encore, en-deçà des 90 centimes le litre.

 

À Wall Street, les cours du pétrole ont connu des hausses importantes compte tenu du contexte géopolitique. Deux événements majeurs sont au centre de ces perturbations.
• La crise ukrainienne est le premier facteur de taille ayant impacté les cours du pétrole. Consécutivement aux condamnations de la communauté internationale, la Russie a abandonné le projet d’intégrer l’Ukraine à son Union douanière au détriment d’un accord d’association négocié avec l’Union européenne depuis 2009.Toutefois, suite au référendum du 16 mars dernier, le président russe, Vladimir Poutine, a signé le 18 mars un accord rattachant officiellement la Crimée, péninsule ukrainienne, à la Russie, et ce malgré les sanctions économiques et diplomatiques annoncées par les Etats-Unis et l’Union Européenne. Dans le but de contrer les menaces des occidentaux, Moscou utilise l’énergie comme une « arme politique voire un instrument d’agression », tel que le dénonce le secrétaire d’Etat américain John Kerry. En effet, le premier ministre russe, Dimitri Medvedev a annoncé la fin du dernier rabais octroyé à l'Ukraine sur les livraisons de gaz, faisant du prix du gaz ukrainien un des plus élevés appliqués aux pays européens. Une mesure qui risque de perturber la politique énergétique de l’Europe occidentale, compte tenu de la position géostratégique de l’Ukraine. 
• La situation en Libye, qui continue de se détériorer, est une autre source de perturbation du marché. Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, la Lybie ne parvient pas à se stabiliser et s’embourbe dans l’insécurité. La production pétrolière journalière est tombée à 170 000 barils par jour, ce qui est très faible pour cet acteur majeur de l’OPEP.

En dépit de ces événements, le cours du pétrole a été soutenu par les dépenses de consommation et les revenus des ménages américains. La croissance du PIB et la création d’emplois aux Etats-Unis sont également des indicateurs positifs de reprise économique, augurant la future relance de la consommation de brut.

 

À Londres, le baril de Brent n’a pas connu de variations notables. Il termine à 106.70 dollars contre 108.83 fin février 2014.

L’euro s’est renforcé au début du mois avant de s’affaiblir face au dollar. Le taux directeur de la Banque Centrale Européenne (BCE)  est resté à un niveau exceptionnellement bas ce mois-ci, en atteignant 0.25%, alors que l’inflation en zone euro a connu son niveau le plus bas depuis la crise financière de 2008. Ainsi la devise européenne a terminé le mois à 1.3759 dollar. 

 

Une bonne nouvelle n’arrivant jamais seule : avec le commencement du printemps, les prix du fioul ont connu une baisse significative en ce mois de mars.À l’occasion des élections municipales, fioulmarket.fr a décidé de donner la parole à sa communauté via un sondage, dans le but de se faire une meilleure idée de vos attentes. Pour être tenu informé de l’actualité de fioulmarket.fr, n’hésitez pas à vous inscrire à nos alertes, ainsi qu’à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

 

Rédigé par Ann-Ségolène