Vente flash exceptionnelle

Du 26 au 28 mai

20 Offerts tous les 1000L commandés

-90
-60
-90
-60
-30
-60

Evolution des prix du fioul : mai 2014

6 juin 2014 - Évolutions et tendances des prix moyen du fioul

Les prix du fioul sont restés stables en ce mois de mai. En effet, les prix DIREM se sont affichés en fin de mois à 880.7€ pour 1000 litres de fioul ordinaire contre 880.4€ en début de mois. Une commande ce mois-ci permettait de réaliser une économie de 30.29€ par rapport au mois de mai 2013. Vous avez pu bénéficier de cette baisse exceptionnelle en commandant sur fioulmarket.fr. Ainsi les prix du fioul sur le site avoisinaient les 858€ les 1000 litres en mai 2014. Le litre de fioul reste sous la barre des 90 centimes le litre ce mois-ci.

Les cours du pétrole ont connu de légères fluctuations. A New York le cours du brut a terminé à la hausse. Le baril de « light sweet crude » a commencé à 99.99 dollars, pour terminer à 102.47 dollars.
Ce mois de mai a été mouvementé à cause de différentes tensions géopolitiques.
 

Aux États Unis, le département américain de l’Énergie a annoncé que la hausse des réserves de brut du pays était plus importante que prévue. Malgré ce point positif, les observateurs s’inquiètent des indicateurs en demi-teintes tels que la baisse du moral des ménages, et surtout du recul de leur consommation. De même, le marché de l’immobilier américain a nettement impacté le cours du pétrole sur la période. La mise en chantier de logements s’est avérée plus importante que prévue.

La confusion s’installe en Ukraine. En effet, Kiev assure gagner du terrain face aux séparatistes, alors qu’une seconde équipe d’observateurs internationaux a disparu à la fin du mois. De plus, les forces armées ukrainiennes prétendent avoir repris une partie de la région de Donetsk, ainsi que le nord de celle de Lougansk alors que les conflits sont de plus en plus meurtriers. Ces régions de l’Ukraine ne sont pas seulement en proie à des enlèvements, mais aussi à des pillages, à des barrages routiers et à l’occupation des bâtiments publics par des hommes armés. Ce sont de véritables scènes de guerre civile  qui se déroulent actuellement dans l’est du pays. Acteur majeur du début des troubles ukrainiens, le président russe, Vladimir Poutine, prétend pourtant  vouloir y mettre un terme. Le nouveau président ukrainien, quant à lui,  affiche une orientation politique clairement atlantiste et souhaite que son pays ne dépende plus des ambitions du Kremlin.
 

Une vague d’inquiétude touche également la Libye. La production pétrolière a atteint son plus bas niveau depuis l’été dernier, et ce malgré la récente libération des principaux ports exportateurs. « Les exportations de pétrole sont suspendues au port de Zueitina (85 000 barils par jour), du fait que les réservoirs de pétrole sont vides, et de tensions au niveau du port al-Harriga qui sont en cours d'être aplanies » a rapporté le porte-parole de la Compagnie nationale libyenne de pétrole (NOC), Mohmed al-Harairi. La multiplication des mouvements sociaux depuis la chute de l’ancien régime a également participé à la baisse de la production pétrolière. Toutes ces problématiques ont privé l’État libyen de sa principale ressource économique, ce qui laisse planer la menace d’une crise économique sur le pays. Par ailleurs, le pays traverse une crise politique profonde. En cause la nomination controversée du nouveau premier ministre. Le 4 mai dernier, Ahmed Maïtik a été nommé Premier ministre libyen, lors d'un scrutin chaotique et contesté par de nombreux parlementaires.
 

Enfin, au Nigéria, le groupe terroriste Boko Haram intensifie ses attaques armées, perturbant ainsi les autorités dirigeantes. La situation est telle que la communauté internationale a déployé ses militaires dans le pays, afin d’aider le pouvoir en place à faire face aux attaques des djihadistes. Ces événements peuvent avoir de lourdes conséquences sur le cours du pétrole, le Nigéria étant le premier producteur pétrolier d’Afrique.

A Londres, le Brent est resté stable. Il termine à 109.10 dollars contre 109.41 dollars fin avril, soit une baisse de 31 centimes.

La BCE  a décidé de laisser le taux directeur à un niveau historiquement bas : 0.25%. Une annonce qui a annulé les effets positifs du rebond de l’inflation en avril, ainsi que de  la publication d’indicateurs positifs. L’euro a perdu de son attractivité à cause de la baisse du taux directeur. La devise européenne a donc terminé le mois à 1.3607 dollars.

A l’occasion de la Coupe du Monde de football, fioulmarket.fr organise un jeu concours sur sa page facebook. N’hésitez pas à vous inscrire à nos alertes pour rester informé des  ventes flash et des jeux concours de fioulmarket.
 

Rédigé par Ann-Ségolène