Vente flash exceptionnelle

Du 26 au 28 mai

20 Offerts tous les 1000L commandés

-90
-60
-90
-60
-30
-60

Evolution des prix du fioul Janvier 2015

4 février 2015 - Évolutions et tendances des prix moyen du fioul

Au mois de janvier 2015, les prix du fioul ont encore baissé pendant les deux premières semaines. Le prix du fioul ordinaire est passé de 708,9€ le 02 janvier 2015 à 671,2€ le 16 janvier 2015, soit une baisse considérable de 37,7€.On remarque cependant une hausse des prix sur la seconde partie du mois. Ainsi, le prix du fioul s’affichait à 677,8€ au 30 janvier 2015. Sur l’ensemble de la période, le prix du fioul a donc diminué de 31,1€. Cette diminution des prix est une conséquence directe de la baisse des prix du pétrole (WTI à New-York et Brent à Londres). Fioulmarket a répercuté cette hausse sur ses prix mais est resté très en deçà de la moyenne nationale. Ainsi, le 02 janvier le prix pour 1000 litres de fioul était de 697€ pour terminer le mois à 677€, soit une hausse de 20€. Hausse entièrement remboursée pendant plus d’un mois à hauteur de 25 euros pour chaque commande (du 13 janvier 2015 au 15 février 2015).
Ne perdez pas de temps et commandez votre fioul avant que les prix ne montent encore !

 

Evolution des prix du fioul Janvier 2014

Le baril de brut se stabilise à New-York

À New-York, le cours du brut a continué sa chute amorcée à la mi-juin sur le mois de janvier pour atteindre son plus bas niveau depuis 6 ans. Le baril de « light sweet crude » (WTI), pour livraison en mars, a baissé de 4.45 dollars en janvier sur le Nymex. Il a baissé de plus de 65% depuis juin 2014. Le prix du baril s’est affiché à 52 dollars en fin de mois contre 48.24 dollars en début de mois. Ces prix ont alterné baisse puis légère hausse pendant tout le mois.
En facteurs de ces fluctuations de prix on note :

  • L’inquiétude des investisseurs quant à l’abondance de l’offre et la faiblesse de la demande. Même s’ils ont été en partie rassurés par le rapport de l’Agence nationale de l’énergie (AIE) plutôt positif quant aux prévisions mondiales pour 2015. L’AIE a aussi prévu une diminution de la production pour les pays non membres de l’OPEP. Cependant, l’OPEP refuse de réduire ses prévisions de production. De même, la production de pétrole continue d’augmenter aux États-Unis. Le rapport du département américain de l’Énergie sur les stocks de brut relève des réserves extrêmement importantes (record non atteint depuis 80 ans).
  • La hausse des prix de la dernière semaine de janvier peut être expliquée par un regain de confiance du marché. En effet, la fermeture de quelques plateformes pétrolières américaines  laisse entrevoir une potentielle baisse de l’offre américaine. Plusieurs groupes comme la Major pétrolière américaine Chevron et ConocoPhillips ont annoncé une baisse de leurs investissements.
  • La mort du roi d’Arabie saoudite qui a également perturbé le marché dans la mesure où ce pays est le premier exportateur mondial d’or noir, et le principal producteur de l’OPEP. Cependant aucun changement n’est à prévoir, son successeur (et demi-frère) a promis une continuité politique.
  • La faiblesse de l’euro face au dollar.

À Londres le Brent perd en moyenne 20% au mois de janvier

En janvier, le prix du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) en dollars pour livraison en mars continue de baisser fortement (-13% environ). Depuis juin, il a connu une baisse de 57%. En effet, il est tombé de 111,8 $ à 47,86 $ atteignant son plus bas niveau depuis début 2009.
Le prix du baril s’affichait donc à 54.98 dollars le 02 janvier sur l’Intercontinental Exchange (ICE), et a terminé le mois à 47,86 dollars le 30 janvier. Une chute importante qui place le Brent sous la barre significative des 50 dollars. Les explications de la baisse des prix sont les mêmes que pour le brut de New-York.
Si le baril de Brent de la mer du Nord, à Londres suit la tendance mondiale du pétrole, il ne connait qu’une seule hausse sur la période (0.89 dollars en dernière semaine de janvier).

L’euro continue de baisser, s’approchant de la parité parfaite

L’euro termine sur le mois de janvier à 1.1305 dollars soit une baisse de 0.0738. Ainsi, l’euro reste moins rémunérateur et moins attractif que le dollar, signe des faiblesses de l’économie de la zone. Il a connu son niveau le plus bas depuis 10 ans le vendredi 23 janvier, il s’affichait à 1.1198 dollars.
Cette chute pénalise les matières premières comme le pétrole qui sont libellées en dollars. En effet, les investisseurs munis d’autres devises ne peuvent pas investir, c’est pourquoi le prix du baril est baissé pour le rendre plus accessible. Une conjoncture qui bénéficie aux particuliers se chauffant au fioul.
L’annonce de la Banque centrale européenne (BCE) d’une importante offensive monétaire dans un but de reprise économique de la zone a pénalisé la monnaie unique.

Les prix du fioul domestique ont donc atteint des niveaux très bas tout au long du mois de janvier. Même si la tendance s’est inversée en fin de mois, rien ne prouve que la hausse des prix s’arrêtera sur les semaines à venir. C’est donc le moment de commander avant que les prix n’augmentent encore. Sur fioulmarket.fr, nous mettons à jour nos prix quotidiennement et dans toute la France. N’hésitez pas à vous inscrire à nos alertes prix dans votre compte client pour être informé des meilleurs prix du fioul !
Abonnez-vous à notre page Facebook pour recevoir les prochains codes promo et suivre l’actualité du fioul. Toutes les actualités sont aussi disponibles dans la rubrique Actualités du site.