Où en sont les réserves de pétrole et d'hydrocarbures ?

7 avril 2016 - Actualités du fioul

Alors que la fin du pétrole est annoncée d’ici une cinquantaine d’années si on conserve le volume de consommation actuel, l’évaluation précise des réserves de pétrole et d’hydrocarbures reste difficile. Fioulmarket revient pour vous sur la situation mondiale.

petrole_et_hydrocarbure

 

L’évaluation des réserves de pétrole

La méthode d’évaluation des réserves de pétrole et d’hydrocarbures est soumise à plusieurs contraintes techniques et politiques.

Les réserves prouvées

Il existe plusieurs types de réserves de pétrole :

  • Les réserves 1P : il s’agit de la quantité de pétrole dont l’existence est prouvée, et dont les possibilités d’extraction sont au moins équivalentes à 90 % ;
  • Les réserves 2P : ce sont les réserves prouvées et probables. Elles représentent la quantité de pétrole exploitable à au moins 50 % pour un gisement identifié ;
  • Les réserves 3P : elles regroupent les réserves prouvées, probables et possibles. Elles désignent le volume maximum de pétrole qui pourrait être exploité à au moins 10 % sur un gisement.

Lorsqu’on parle de réserves de pétrole, on se réfère le plus souvent aux réserves 1P, qui sont les plus certaines.

Calculer les réserves d’un gisement

L’évaluation des réserves d’hydrocarbures et de pétrole s’effectue en plusieurs temps :

  • Définition de la taille du gisement grâce à l’imagerie sismique ;
  • Mise en place de forages d’exploration ;
  • Test de production pour déterminer le volume d’hydrocarbures à extraire.

Bon à savoir : il n’existe aucun organisme capable de contrôler les réserves annoncées. Chaque pays peut ainsi annoncer la quantité qu’il souhaite, en fonction de considérations politiques ou commerciales.

Réserves de pétrole : les estimations

A travers le monde, les réserves de pétrole et d’hydrocarbures sont variées et inégales.

Répartition géographique des réserves

A l’heure actuelle, 5 pays disposent des plus importantes réserves de pétrole et d’hydrocarbures :

  • Le Venezuela : ce pays possédait fin 2014 298,3 milliards de barils, soit 17,5 % des réserves prouvées dans le monde ;
  • L’Arabie saoudite : 15,7 % des réserves ;
  • Le Canada : 10,2 % ;
  • L’Iran : 9,3 % ;
  • L’Irak : 8,8 %.

A noter : ces estimations regroupent l’extraction de pétrole brut ainsi que celle d’hydrocarbures non conventionnels (huiles extralourdes au Venezuela et sables bitumineux au Canada). En dehors de l’Opep, il n’existe donc pas de lien entre volume de réserves et niveau de production.

Le rôle du Grand Nord

D’après les spécialistes, environ 90 milliards de barils de pétrole seraient extractibles dans le Grand Nord avec les techniques disponibles actuellement. Ce volume représenterait 13 % du pétrole mondial, ce qui placerait l’Arctique en 3e position des zones les plus riches en pétrole.

 

Pour aller plus loin :