Comment le prochain sommet de l’OPEP pourrait impacter le prix du fioul

Actualités du fioul

Publié le 30/11/2018 à 09h29

Les pays membres de l’OPEP (Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole) se réunissent toujours en fin d’année pour établir leur politique de l’année à venir. Dans un contexte relativement instable, le sommet de cette année, qui se déroulera à Vienne le 6 décembre, est particulièrement attendu. Voici pourquoi il pourrait avoir une influence sur le prix du fioul.

Déterminer les volumes à produire et influencer ainsi le cours du baril, c’est la raison d’être de l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP). Chaque année, en décembre, ses pays membres se réunissent au siège viennois de l’organisation pour définir leur politique de l’année qui suit. Cette année, ce sommet aura lieu le 6 décembre.

Qu’est-ce que l’OPEP et comment peut-elle influencer le prix du fioul ?

L’OPEP a été créée en 1960, à l’initiative de l’Iran. Ses cinq premiers pays membres sont l'Arabie Saoudite, l'Iran, l'Irak, le Koweït et le Venezuela. Ils seront rejoints au fil des ans par plusieurs nations exportatrices de pétrole. Aujourd’hui, 15 pays sont membres de l’OPEP.

La raison qui explique la création de l’OPEP est simple : les pays exportateurs de pétrole ne voulaient plus que les compagnies pétrolières aient les pleins pouvoirs sur le cours du pétrole. Pour reprendre le contrôle, les pays exportateurs ont commencé par nationaliser leur production. Ensuite, ils ont pu influencer le cours du pétrole en limitant ou en augmentant leur production commune, qui représente une partie importante de la production mondiale. Evidemment, la fluctuation du cours du pétrole a aussi un impact sur le prix du fioul.

Au-delà du cours du pétrole, le prix du fioul est déterminé par des facteurs comme les taxes, le coût du raffinage, du transport et du stockage, mais aussi par la marge du distributeur.

La réunion de l’OPEP aura-t-elle une influence sur le prix du fioul ?

Lors de leur réunion annuelle, au mois de décembre, les pays membres de l’OPEP s’entendent sur les volumes à mettre sur le marché au cours de l’année qui suit. Or, cette année, le climat est relativement tendu, et ce en raison de différents facteurs :

  • les sanctions américaines contre l’Iran, qui ont tendance à réduire l’offre mondiale ;
  • les prévisions pour 2019 qui annoncent une chute de la demande mondiale, en raison d’un ralentissement global de l’économie ;
  • la menace de l’Arabie Saoudite de baisser sa production.

Les décisions qui seront prises lors de la réunion de l’OPEP ce 6 décembre à Vienne seront donc complexes. Mais en influençant la hauteur de l’offre pour l’année 2019, elles auront en tout cas un impact certain sur les prix du fioul. En toute logique, une décision d’augmenter la production entraînerait une baisse du cours du pétrole et donc du prix du fioul. L’évolution du prix du fioul partira cependant à la hausse si une diminution de la production de pétrole est actée.

Au vu de la situation actuelle, on comprendrait difficilement que l’OPEP décide d’augmenter sa production. En effet, la demande est annoncée à la baisse en 2019 et le déficit d’offre consécutif aux sanctions américaines contre l’Iran a été compensé par la production d’autres pays.

 

Pour aller plus loin :