Chute du cours du pétrole : comment le marché du pétrole de schiste américain s’adapte-t-il ?

Publié : 6 juillet 2015 - Mis à jour : 18 novembre 2017 - Actualités du fioul

La chute prolongée du cours du pétrole constitue une période délicate pour les acteurs du marché de l’or noir traditionnel, mais aussi pour ceux de l’industrie du pétrole de schiste. Ces derniers ont en effet dû composer avec des coûts de production nettement plus importants que ceux de l’industrie du pétrole classique et faire face à des compétiteurs qui refusaient de réduire leur production de pétrole afin de conserver leurs parts de marché. Quelles sont les solutions mises en place par les entreprises pour faire face ?

 comment le marché du pétrole de schiste américain s’adapte-t-il ?

Si avant la chute du cours du pétrole, la priorité des entreprises de l’industrie du pétrole de schiste était de tenir les délais, de forer le plus possible et le plus rapidement possible, cela n’est plus le cas aujourd’hui. L’effondrement du prix du pétrole amorcé en juin 2014, les a conduit à se repencher sur la problématique de diminution des coûts de cette filière en développement.

  • Amélioration des processus de travail

La limitation des effets de la chute du cours de pétrole est essentiellement passée par la modification des méthodes de travail. Alors qu’auparavant les terrains ne pouvaient accueillir qu’un seul puits, l’heure est aujourd’hui à l’optimisation et de nombreux terrains comptent de 3 à 4 puits. Certains, optimisés à l’extrême peuvent en compter plus d’une dizaine. En pratique, pour éviter tout télescopage, les forages sont effectués dans des directions différentes.
Certaines entreprises ont par ailleurs pris le parti d’utiliser des systèmes de canalisations temporaires pour transporter de l’eau ou encore de « recycler » le gaz produit en même temps que le pétrole de schiste pour réduire les coûts énergétiques. D’aucuns optent aussi pour l’utilisation de groupes électrogènes portatifs pour optimiser les coûts.

  • L’innovation au cœur du marché du pétrole de schiste

Outre l’évolution des méthodologies de travail, le secteur de la recherche a également contribué à la réduction des coûts, notamment en ce qui concerne le sable projeté lors de l’étape du fracking (fracturation hydraulique).
Les nanotechnologies, pour l’optimisation du forage, ainsi que la sismique 3D ont également fait leur entrée dans le secteur.
Vient enfin le recours au Big Data pour la production d’hydrocarbures de schiste.

  • Quels résultats ?

Les différents dispositifs mis en place par les entreprises pour lutter contre les effets de la chute du cours de pétrole semblent porter leurs fruits en dépit de la division par deux du nombre de puits. Continental Ressources a par exemple indiqué que ses puits ne coûtaient plus que 8,2 millions de dollars contre 9,9 millions auparavant. Même son de cloche chez Whiting Petroleum qui est passé de 8,5 à 6,5 millions.
Les progrès réalisés sont intéressants lorsque l’on sait que la moyenne se chiffrait il n’y a pas si longtemps entre 20 et 25 millions.

Ainsi malgré un prix du pétrole relativement bas, l’industrie du pétrole de schiste semble réussir à maintenir ses marges et continue à prospérer.

Pour aller plus loin :