App/hinclude.html.twig

Chauffage au fioul : cinq pratiques à éviter cet hiver

Actualités du fioul

Publié le 20/02/2020 à 10h01

En hiver, faut-il augmenter le température, éviter d’aérer, changer le réglage des vannes thermostatiques ? De nombreuses idées préconçues circulent à ce sujet. Nous épinglons celles qu’il vaut mieux ne pas mettre en application cet hiver…

Chauffage au fioul

L’hiver amène son lot de perturbations climatiques : neige, gel, pluie… A cette période de l’année, la sensation de froid est donc plus importante et, une fois rentré chez soi, on souhaite évidemment se réchauffer. Cela dit, certains mauvais réflexes doivent impérativement être évités.

1. Augmenter la température du thermostat

Durant l’hiver, il peut arriver que la température habituellement fixée dans les pièces de vie (19 à 20°C) vous semble insuffisante. La tentation est alors grande de l’augmenter d’un plein coup via votre thermostat.

Cet geste s’avère pourtant inutile et particulièrement coûteux. En effet, la température n’augmentera pas plus rapidement en demandant par exemple 25°C alors que vous souhaitez atteindre une température de 21°C. Par contre, vous atteindrez certainement, après quelques heures, une température trop élevée. Or, chaque degré supplémentaire augmente en moyenne de 7% votre facture. Pensez-y !

2. Mettre thermostat et vanne thermostatique à la même température

Un autre geste généralement posé en hiver est d’accorder la température du thermostat et des vannes thermostatiques des radiateurs. Or, il s’agit là d’une pratique qui peut s’avérer problématique pour votre système de chauffage. En effet, pour éviter les conflits de régulation, il est préférable que les vannes thermostatiques dans la pièce où se trouve le thermostat d’ambiance soient réglées à une température supérieure à celle du thermostat, voire au maximum.

Si la vanne est réglée trop bas, le thermostat demandera à produire une importante chaleur qui sera bloquée par la vanne thermostatique des radiateurs de la pièce. En ouvrant les vannes thermostatiques au maximum, vous réglez ce problème sans pour autant causer une surconsommation de fioul, puisque c’est le thermostat qui régulera la température.

3. Éviter d’aérer la maison

Vous pensez avoir la bonne idée en évitant d’aérer votre logement en hiver, pour ne pas laisser la chaleur s’échapper ? Erreur ! En hiver, le taux d’humidité à l’intérieur est en réalité plus élevé qu’à l’extérieur. Pour la chasser, il est impératif d’aérer chaque pièce de la maison pendant 5 à 10 minutes par jour.

Dans le cas contraire, vous pourriez finalement devoir chauffer plus. En effet, il faut produire plus de chaleur pour réchauffer une pièce humide…

4. Éteindre la chaudière quand on s’absente

Si vous partez pour le week-end, vous pouvez être tenté d’éteindre complètement votre chaudière pour faire des économies. Or, c’est loin d’être une bonne idée. Tout d’abord, votre installation pourrait être endommagée par le gel. Choisissez donc plutôt l’option « hors gel » qui maintiendra la température à une dizaine de degrés.

En outre, si vous éteignez votre installation, votre chaudière devra chauffer intensément pendant une longue période pour ramener la température de votre logement à une température correcte. Or, ce mode de fonctionnement est celui qui entraîne la plus forte consommation de fioul.

5. Chauffer votre chambre plus fort

Le froid extérieur peut vous donner envie de chauffer votre chambre à coucher de façon plus intense. Ici aussi, l’idée n’est pas judicieuse. Une température de 17°C est en effet suffisante dans une chambre. L’augmenter pourra entraîner un inconfort et vous fera consommer beaucoup plus de fioul.

Pour aller plus loin :

La consommation moyenne de fioul au mètre carré : les facteurs qui contribuent à l’augmenter

Bien régler son chauffage par grand froid

Vague de froid sur la France : quelles conséquences pour ma commande de fioul ?