Réseaux de chaleur : le problème de la rentabilité

Partager
mer 04 Mai 2016

Les réseaux de chaleur font partie des solutions explorées pour développer le chauffage vert. Que sont les réseaux de chaleur ? Quels sont leurs avantages ? Qu’en est-il de leur rentabilité ?

Rappel : qu’est-ce qu’un réseau de chaleur ?

Focus sur le fonctionnement et les atouts des réseaux de chaleur.

Fonctionnement des réseaux de chaleur

Les réseaux de chaleur désignent les solutions mises en place par les collectivités permettant de fournir du chauffage à des bâtiments privés et/ou publics par le biais d’une gestion centralisée. Habitations, écoles, hôpitaux, immeubles de bureaux, équipements sportifs : le profil des bâtiments intégrés aux réseaux de chaleur est très divers selon les collectivités.
En pratique, les réseaux sont constitués d’une ou plusieurs unités de production de chaleur qui sont reliées à un réseau de distribution. La chaleur produite transite grâce à un fluide caloporteur, qui est acheminé vers des stations d’échange qui fournissent ensuite la chaleur aux bâtiments concernés. Chaque bâtiment dispose de son propre réseau de distribution secondaire qui répartit la chaleur vers les pièces désirées.

D’où vient la chaleur utilisée ?

La chaleur utilisée dans les réseaux peut avoir différentes origines. Elle peut être produite grâce à une usine d’incinération des ordures ménagères, une centrale géothermique. Des énergies fossiles comme le gaz ou le fioul sont parfois utilisées, en particulier pour les périodes au cours desquelles la demande de chaleur est importante.
Les réseaux de chaleur ont pour principal avantage de donner la possibilité de chauffer grâce à des énergies renouvelables et de favoriser la compétitivité des prix de l’énergie.
On pourrait enfin citer la création d’emplois locaux.

Les réseaux de chaleur et la problématique de la rentabilité

Engagée dans un processus de transition énergétique, la France entend porter la part des énergies renouvelables à plus de 30 % de la consommation énergétique finale d’énergie à l’horizon 2030.

Le fonctionnement des réseaux de chaleur et leur recours à des énergies renouvelables sont une piste digne d’intérêt dans le cadre de l’atteinte de ces objectifs mais elle pose la problématique de la rentabilité. Cette dernière est au cœur des propositions du rapport de l’étude « Des voies de progrès pour le développement des réseaux de chaleur et de froid », publié le 30 mars 2016.
Parmi les points évoqués :

  • La nécessité de donner à l’Ademe les moyens de contrôler le respect des exigences de rentabilité des réseaux de chaleur et lui permettre d’affecter une importante part du Fonds Chaleur à l’amélioration économique des réseaux de chaleur ;
  • La possible création d’un fonds de garantie de l’équilibre économique des réseaux de chaleur ;
  • La subvention par le Fonds Chaleur de la promotion des opérations économiquement rentables ;
  • L’appel à la contribution financière des promoteurs et aménageurs de ZAC aux coûts de construction des réseaux de chaleur.
  • Donner accès au crédit d’impôt pour les entités souhaitant être intégrées à un réseau décarboné existant.

En tout, ce sont 34 propositions qui ont été formulées dans le but d’optimiser l’exploitation des réseaux de chaleur mais aussi de les développer sur le territoire.

Consultez les 34 propositions du rapport de l’étude « Des voies de progrès pour le développement des réseaux de chaleur et de froid »

 

Pour aller plus loin :

La chaudière cogénération

Chaudière fioul à condensation + chauffe-eau thermodynamique : une alliance économique

Quand économies d’énergie rime avec écologie : zoom sur l’isolation écologique

Partager