Échec des discussions sur le gel de la production de l’OPEP

Partager
lun 07 Novembre 2016

Les experts de l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) réunis vendredi 28 octobre n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur les modalités d’application de l’accord portant sur la réduction de la production. Explications.

prix_du_pétrole

Des exemptions demandées par l’Irak, l’Iran, la Libye et le Nigeria

Le 28 septembre 2016 à Alger, les pays membres de l’OPEP avaient conclu un accord historique portant sur la réduction de la production de pétrole. L’accord prévoyait ainsi une baisse de la production censée revenir à 33 voire 32,5 millions de barils par jour. Les modalités d’application n’étaient toutefois pas encore fixées, notamment les quotas de production.

Dimanche 23 octobre, l’Irak, deuxième plus gros producteur, a demandé à être exempté des quotas. La raison : le pays ne souhaite pas geler sa production en raison de la guerre en cours contre l’organisation État Islamique (EI). Une demande qui a été suivie par l’Iran, qui souffre encore des conséquences des sanctions économiques occidentales selon les experts du pays. Enfin, la Libye et le Nigeria ont eux aussi souhaité bénéficier d’une exemption. En cause, les conflits politiques au sein des pays.

Une réunion plénière prévue le 30 novembre

Devant l’échec des négociations, un comité technique de haut niveau s’est de nouveau tenu le samedi 5 novembre. Le but : s’entendre avec les pays non membres de l’OPEP sur la réduction de la production de pétrole. La Russie, le Kazakhstan, le Mexique, le sultanat d’Oman, l’Azerbaïdjan, le Brésil et la Bolivie ont ainsi accepté de participer aux discussions.

Ce haut comité n’a toutefois aucun pouvoir de décision et a pour rôle d’émettre des recommandations. Une course contre la montre pour les experts car la prochaine réunion plénière du cartel est prévue le 30 novembre en vue de finaliser les quotas individuels de chaque pays.

 

Le saviez-vous ?
Le prix du fioul est lié à celui du pétrole. Il est donc important de suivre quotidiennement l’évolution du prix du fioul afin de le commander au meilleur moment et faire des économies, sur fioulmarket.fr.

Pour aller plus loin :

Le prix du pétrole sous la barre des 50 dollars à New York

Le pétrole au cœur du conflit libyen

Réunion informelle de l’OPEP et de la Russie : vers un baril à 60 dollars ?

Partager